Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Voilà, puisque les 28 états de l'UE ne sont pas parvenus à un consensus sur l'autorisation ou pas d'un nouveau maïs OGM, c'est à la Commission européenne de trancher désormais. Et depuis Bruxelles, celle-ci a réitéré de ne pas avoir "d'autre choix que d'autoriser la culture de cet OGM" du semencier made in USA Pioneer.
 
Cette affaire est intéressante à plusieurs titres. D'abord les semenciers US d'OGM ont table ouverte dans l'agriculture européenne. Ensuite, il faut évoquer le "consensus", l'une des règles établies, pas pour le bien des hommes et de la terre, mais pour les appétits du capitalisme au sein du grand marché. 19 états européens (sur 28) étaient d'accord pour refuser le maïs TC 1507. Mais pas de consensus, c'est à dire pas de majorité qualifiée en conseil des ministres où chacun dispose d'un certain nombre de voix en fonction de sa démographie (29 pour la France, mais aussi pour l'Allemagne, l'Italie, la Grande-Bretagne, ou l'Espagne avec 27 voix), ce qui donne un total de 345 voix. On pourrait croire que la majorité des voix plus une (173) l'emporterait. Et bien non, selon les règles établies, il faut 260 voix; encore faut-il qu'elles représentent 62% de la population européenne Démocratique non? Sinon, c'est à la Commission européenne de trancher, 28 commissaires non-élus par les citoyens de l'UE mais désignés par leur gouvernement respectif de droite ou socialiste.
 
Depuis, ils ne sont plus que 12, dont la France, a contester par écrit l'autorisation du TC 1507. Oui, car 7 états contre ce maïs OGM n'ont pas signé ce courrier dont l'Allemagne qui ne compte pas pour rien dans l'UE capitaliste. Du coup, ça revient à soutenir les pays favorables au TC 1507, non des moindres, comme la Grande-Bretagne et l'Espagne.
Bon, la Commission de Bruxelles n'est pas timbrée car business is business. Elle fera connaître sa décision après l'élection européenne de mai 2014. Mais « On voit mal comment une lettre de douze pays peut être plus importante que la prise de position de dix-neuf pays », a soufflé une source européenne.
 
Cela, c'est le présent. Mais rêvons, le nez dans les étoiles: 62% des nations auraient un gouvernement du peuple par le peuple pour refaire une Europe dans le sens du progrès, de la démocratie et de la justice sociale... Ah, vous êtes revenus sur terre et ce bouleversement n'est pas pour demain la veille.
Alors, quitte ou double pour cette UE capitaliste que nous subissons au quotidien?
Les barbelés ne sont pas pour les capitaux et la spéculation

Commenter cet article