Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

L'affaire s'était passée le 20 décembre dernier. Sur le site de l'armée de terre, on voyait des soldats français en opération en Centrafrique. Et soudain, sur l'uniforme de l'un d'eux, apparut l'insigne nazi de la SS et la devise en allemand "Mon honneur s'appelle fidélité" encerclant le drapeau tricolore de la République française. L'état-major avait retiré illico presto la photo et jurait ses grands dieux qu'il n'y avait qu'un troufion et un seul, alors que des sources concordantes prétendaient le contraire.

Ce jeudi 16 février, le général Francisco Soriano, chef des forces armées française en Centrafrique, depuis Bangui, déclarait lors d'une visio-conférence:"J'ai conduit une enquête qui m'a amené a conclure qu'il y avait une faute de la part d'un chef de groupe qui a été lourdement sanctionné". Et il précisait qu'il s'était agi "d'un acte isolé, limité à un groupe, sur l'initiative de ce chef de groupe (...)".

Presque 2 mois pour parvenir à cela, c'est un peu comme le fût du canon. Combien met-il de temps pour refroidir? Un certain temps, mon général.

 

Vous ne le savez peut-être pas, mais la Défense tient un point de presse hebdomadaire. Peut-être à cause du boulot à instaurer la démocratie en Afrique et surtout pas pour défendre les intérêts des sociétés capitalistes gauloises.

Comme le général de là-bas avait parlé d'un chef de groupe, les journalistes ont pressé de questions sur la nature de la sanction du dit chef de groupe et combien de soldats étaient impliqués avec le même insigne nazi autour des couleurs de la République.

-Secret défense, a semblé répondre le porte-parole de l'état-major en ne pipant pas mot.

A ce qui paraît, un décret serait prêt à être signé par François Hollande

Entre parenthèses, si la durée de l'enquête du gégène peut prêter à sourire, le scud qui a touché la place de jury de la Maison Médicis à Rome de la "deuxième dame" de France a été des plus rapides. Julie G. était pourtant inscrite sur le site officiel de cette fameuse demeure depuis décembre.

"Pour faire plaisir à FH" de la part d'Aurélie Filipetti, chambellan chargé de la culture, disait le Canard Enchaîné. Et V.T. la "première dame" qui ne savait encore rien.

Puis avec le coup du scooter dans les rues glauques de Paris, ça n'a pas été du tout. Et paf, J.G fut explosée avant d'atteindre Rome: plus de jury pour sa pomme.

Elle est balèze Aurélie Filipetti. Elle devrait donner des leçons à notre Scipion l'Africain. Mais je dis ça, j'ai rien dit.

Commenter cet article