Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Au début, il y eut le boeuf. Pas celui de la crèche qui gentiment de son haleine chaude réchauffa le nouveau-né qu'était Jésus. Non, celui que toute une chaîne de marchands apporte dans votre assiette, depuis un pré herbu à l'étal d'un boucher.

Et à Castelnaudary, dans l'Aude, comme il fallait faire toujours plus de profits, on ferma l'abbatoir local en licenciant 80 travailleurs, afin de faire venir du bovin de Roumanie beaucoup moins cher. Oui, le capitalisme n'a pas de frontières ni de patrie. Et pour faire encore plus de fric, on acheta du canasson roumain et "en vérité je vous le dis", il fut estampillé boeuf certrifié CEE.

Le scandale éclata et les 3 rois mages chargés de notre bouffe (Le Foll à l'Agriculture, Garot pour l'Agroalimentaire et Hamon pour la Consommation) jurèrent que c'était la dernière fois. Embauchèrent-ils des fonctionnaires pour contrôler toute la la chaîne alimentaire? Ben non, puisque le Dieu qui est à Bruxelles interdisait cela.

 

Dernièrement, après un appel anonyme, la gendarmerie découvre des chevaux impropres à la consommation mais vendus au prix de la bidoche (cher) sur les étals. Figurez-vous que les laboratoires Sanofi, après y avoir essayé des remèdes de cheval, au lieu de les adresser direct à l'équarissage, les avait refourgués à un maquigon qui passait par hasard.

Devant ce nouveau scandale, on ressortit nos 3 rois mages qui dirent pareil que l'autre fois.

On salive déjà à une autre magouille sur la bidoche.

 

Jésus en son temps avait changé gratos de la flotte en picrate. Mais on s'était réjoui, c'était à l'occasion d'un mariage et les convives se rouillaient un peu la gorge de se désaltérer à l'eau claire. Aujourd'hui, des capitalistes transforment du canasson en boeuf et du cheval malade en pur-sang fringant qu'il pourrait recourir le tiercé. Cela, pas pour notre bien, mais pour se faire du blé.

Peut-être me direz-vous, mais pourquoi "dindon" dans le titre?

Devinez, il y a toujours de la farce qui va avec et ce n'est pas pour manger.

Il y a aussi ceci. Mais je ne sais pas si ça convient pour vous faire comprendre...

Commenter cet article