Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Le sénat poursuit son enquête sur le fonctionnent de l'évasion fiscale. A un train de sénateur, ça c'est normal depuis que cette assemblée existe. Et donc pour cerner le sujet, ils ont invité Dominique Strauss-Kahn, ex-ministre des Finances de la République, ex grand patron du FMI, accessoirement ex-dirigeant du Cercle de l'industrie, organisme qui conseille le Medef.

A la question de savoir si cette audition pouvait constituer un premier pas vers sa réhabilitation après l'affaire du Sofitel de New York, le rapporteur de la commission, Eric Bocquet (PCF), a déclaré avant son audition: "C'est une audition parmi d'entre autres. C'est la 150e personne que l'on auditionne, ce qui nous intéresse, c'est le fond, comment fonctionne" le système d'évasion fiscale.

De son côté, Nathalie Goulet (UDI-UC), vice-présidente de la commission, a jugé que ce n'était "pas à nous de décerner des certificats de moralité (...). On manque de très bons spécialistes en matière bancaire et d'évasion fiscale au niveau international" et "les membres du bureau n'ont eu aucune hésitation à l'inviter".

Passons sur la moralité de DSK. Cependant, hasard du calendrier, au 2e étage du Sénat, se tenait la présentation d'un projet de loi sur la violence faite aux femmes.

 

Mais revenons au grand spécialiste en évasion fiscale qu'est le professeur Dominique Strauss-Kahn.

Surtout le maître n'a pas pris pour des cons les sénateurs qui avaient ouvert grandes leurs esgourdes pour saisir le fonctionnement du capitalisme, lorsqu'il leur a déclaré: «Incriminer la finance dans le désastre économique que nous vivons en Europe en général et en particulier dans notre pays, a pour moi à peu près la même pertinence qu'incriminer l'industrie automobile quand on parle des morts sur la route».

Et puis c'est tout. La crise ce n'est pas la faute du marché, ni de la spéculation, ni du fric qu'on met à gauche dans un paradis fiscal pour ne pas payer d'impôt, ni de la concurrence libre et non faussée, bref pas du capitalisme.

-Oui, mais grand maître vénéré, dites-nous tout au sujet de l'évasion fiscale, a imploré la commission.

- Je ne le peux, a répondu DSK. "Je n'ai pas pouvoir de révéler des informations que le FMI m'a demandé de garder sous le sceau du secret".

Ensuite, le cours magistral s'est terminé et toute la classe, qui avait été très attentive, a embrassé son professeur émérite.

 

L'AFP, qui rapporte les propos des uns et des autres dans un dépêche, ne dit pas si les sénateurs communistes se sont pâmés dans leur fauteuil à écouter un si brillant exposé qui leur a appris de si merveilleuses choses.

Par contre, Karl Marx s'est retourné une fois de plus dans sa tombe.

Karl Marx, vous ne connaissez pas? C'est le philosophe qui a écrit Le Capital et Le manifeste du parti communiste. Oui, c'est vrai, il y a très longtemps et peut-être que le marxisme c'est dépassé. Comme la lutte des classes d'ailleurs.

Commenter cet article

J
Tou à fait d'accord avec cette analyse, pour élargir un peu le sujet je vous renvoie à la vidéo produite par le FDG sur l'évasion fiscale: http://www.pcf.fr/emvideo/modal/41996/425/350/field_video/dailymotion/x110kao si ce n'est pas tout à fait le sens du propos soutenu plus haut elle a au moins le mérite d'éclaircir un certain nombre d'enjeux sur lesquels repose le débat. Excusez moi de cette modeste intervention qui je l'espère ne sera pas prise comme une intrusion :)
Répondre
R
Je ne comprends pas très bien mais pas du tout cette allusion aux sénateurs communistes qui se pâment ou pas. De la dérision d'accord mais là çà me dépasse.
Répondre
R
Hélas, mon cher Rolland, il y a un peu de dérision chez moi dans cet article, mais rien qu'un peu. Pour dire les choses autrement, faire venir l'ex-patron du FMI, organisme qui jusqu'à présent est un instrument de gestion du capitalisme, pour comprendre le fonctionnement de l'évasion fiscale et donc du capitalisme me désole profondément de la part de sénateurs de gauche, du PCF notamment. D'où mon allusion à Karl Marx, lequel jusqu'à preuve du contraire a théorisé sur le fonctionnement du capitalisme.
Que l'on ne se méprenne pas, je ne cherche pas être pur de chez pur. Je sais par expérience, que dans les entreprises en lutte, pour aboutir à l'unité des travailleurs, il ne faut pas s'enfermer dans sa tour d'ivoire. Mais je n'ai jamais frappé à la porte de mon patron pour qu'il m'explique comment il exploitait ses salariés.
Merci de me lire.