Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Total s'est fait choper par la justice américaine à cause de pratiques commerciales internationales illégales. Et au pays du dollar roi où tout s'achète et tout se vend, on peut mettre fin à des poursuites judiciaires en banquant gros. Donc, Total, qui a les reins solides en l'espèce, a sorti 398 millions de dollars pour devenir plus blanc que blanc.

Dire que le palais de l'Elysée épargne le patronat français, car Total est une société française!

Mais quelle était la faute relevée par le département de la justice des USA et le gendarme des marchés américains? Ni plus ni moins, Total était accusé d'avoir versé des pots-de-vin d'un montant de 60 millions de dollars. Chacun aura remarqué le montant de la transaction (398 millions de dollars) et la faute relevée (60 millions de dollars): cela veut dire que si Total a banqué autant, c'est que le jeu en valait la chandelle. Les patrons sont tous sauf des cons, quitte à me répéter.

Et c'est quoi ce contrat fabuleux (et acquis frauduleusement) au juste? Ce n'est pas un, mais plusieurs business pétroliers et gaziers.

Et si je vous dis que Total les a obtenu en Iran, l'un des pays à détruire de la planète selon Obama et ses prédécesseurs à la tête de la libre Amérique. Ben oui, peuple ignare, les affaires restent toujours les affaires et aux USA, si vous avez un peu (enfin plutôt beaucoup) de pognon, faute avouée est pardonnée entièrement.

Oui, il n'y a pas de morale dans le capitalisme. CQFD.

 

Attention, Alcatel-Lucent ou Technip SA se sont fait pécho également. ils ont transigé: 338 millions de dollars pour le premier, 137 pour le second.

Mais ne le dites à Pierre Moscovici, le chambellan de l'Elysée chargé du trésor public. Il était persuadé que Jérôme Cahuzac ne fraudait pas et que les paradis fiscaux n'existent toujours pas. il croit aussi qu'il n'y a pas de pognon chez les capitalistes français.

A moins que lui et François II nous prennent pour des cons.

Commenter cet article