Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Bon, écran noir et silence radio sur les chaînes de télé et les stations radios de la patrie des droits de l'Homme et du Citoyen. Sinon, le minimum accordé par une carte de presse: un commentaire au ras des pâquerettes, sans citer les raisons du coup d'état contre l'audiovisuel en Grèce, quand on n'a pas fait dans la forfaiture en donnant raison au gouvernement grec sur cette affaire.

 

Petit rappel des faits donc:

L'UE, la BCE et le FMI (et donc la France de François II) ont sommé le gouvernement grec de tailler dans les effectifs publics à fond, pour satisfaire le capitalisme qui gère notre planète. Tailler dans les services publics, mais aussi instaurer l'austérité extrême au peuple dans tous les domaines.

Le gouvernement grec a accepté. Il est dirigé par un premier-ministre de droite (l'UMP à la sauce hellénique), avec le Parti socialiste (les camarade de François II au sein de l'Internationale socialiste) et le Modem grec.

Pour cette raison, la droite française cautionne la fermeture sans préavis de l'audiovisuel grec et Madame Filipetti, chambellan de l'Elysée en charge de la culture française n'a pipé mot. Comment on dit démocratie et liberté en langage du parti à la rose? Ah, ça ne se dit plus?

Le parti communiste de Grèce (KKE) avait cédé sa télé locale (canal 902) pour que la télé publique puisse émettre dans un petit rayon. Ni une ni deux, le gouvernement a coupé le canal 902. Ah, Pujadas ne vous l'a pas dit sur France télévision? Il était peut-être en train d'astiquer sa carte de presse.

 

La CGT de l'audiovisuel, elle, a réagi et c'est ma fierté d'être à la CGT et jamais dans cette cohorte de cireurs de pompe de la pensée unique:

13-06-12--Grece-CGT-1.JPG

Commenter cet article

Canaille le Rouge 13/06/2013 11:23

De retour, je vois que les écarts migratoires de mon côté n'émoussent pas les convergences d'approches et de réactivités.

caroleone 13/06/2013 07:41

Bonjour Roger,

Je suis fière aussi pour toi et puis pour mon grand-père qui a dévoué sa vie à son syndicat....et puis, pour moi aussi qui ait un temps partagé la route des camarades, d'ailleurs, je continue à mon petit niveau vu que je n'ai plus aucun statut. Tu sais, on a l'impression de vivre sur un autre monde, nous autres dans les milieux militants, hier c'était NOTRE évènement cette chose immonde qui nous fait entrevoir le durcissement des mesures européennes qui vont tomber sur les peuples comme une nuée de sauterelles, mais, quand on se replonge dans la réalité on à ce que tu décris si bien en singeant ce valet de pujadas à la sauce traitre. C'est désolant en en même temps très inquiétant.


Amitiés, j'ai repris ton article en lien sur celui que j'ai fais ce matin.

Caro