Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par caroleone

Cet article est reposté depuis coco Magnanville.

Prendre le temps

Il est venu le temps de prendre son temps

Arrêter un moment le flux d’une vie bien trop moderne

Qui court plus vite que la trotteuse du présent

Le sable qui s’écoule dans le sablier de la vie

Ne s’interrompt jamais

Ne fait pas de pause

Suit irrémédiablement le cours sans complexe ni pitié

Comme si les destinées en ses mains

Nullement comptaient

Et, dès qu’il a terminé son devoir

Quand plus aucun grain d’espoir ne reste dans le tunnel

La vie s’éteint, ferme les paupières sur le monde enfuit.

Par contre, on peut rétrécir le débit du sablier

Afin de souffler un peu

Voir le temps dérouler devant soit le long ruban encore infini

Et d’une démarche flâneuse vêtue de pensées baladeuses

D’un pas lourd et lent bien facile à suivre

Décider alors de profiter des dernières gouttes de sable

Que le destin à décompté pour nous.

Mais jamais en retournant le sablier

La vie reprend et renaît

Il est trop tard pour pleurer des larmes minérales

S’écoulant d’yeux si secs qu’on dirait un désert de misère.

Il est venu le temps de se poser

De regarder l’abeille qui butine

Plongeant sa trompe dans le nectar divin

L’abeille qui comme l’homme, goutte de vie fragile

Frôle de ses tendres ailes le tragique destin.

Il est venu le temps d’écouter

Les bruits quotidiens de la vie naturelle

Une musique si belle qui remonte du temps

S’étonner de ce que chacun nous tend

Savoir aller jusqu’au bout des choses

Comprendre pourquoi l’on nous offre un partage

Pourquoi tel documentaire, tel poème, tel texte, telle image

Et cette fleur qui ne ressemble à aucune autre

Serait-elle la fleur d’un cœur qui délivre son message ?

Il est venu le temps de lire mot à mot

Les messages si beaux, lire entre leurs mots

Entre leurs lignes subtilement écrites

Pour y découvrir les fruits de la passion

Qui unit les hommes, tels des fils

Tendrement enlacés.

Carole Radureau (28/07/2013)

Ce texte est libre de droit et diffusé sous licence creative commons

Commenter cet article