Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

"Dis-moi que ce n'est pas vrai", m'avaient dit des adhérents du PS dans le Mantois, lorsque Marisol Touraine, ministre en charge de la Santé publique, adressa un courrier au maire UMP de Mantes pour lui dire son accord avec un partenariat public-privé, genre pâté du cheval et de l'alouette, le cheval allant vers un maire-adjoint UMP de cette ville, patron d'une clinique privée. Oui, celle que François II avait nommée en charge de la santé, écrivait ainsi au premier magistrat de la ville la plus importante du Mantois, lui qui n'était pas signataire de la pétition pour sauver l'hôpital public de Mantes. On peut comprendre pourquoi.

 

La missive tombait pile poil la veille d'une manif justement pour défendre cet hôpital. Et madame la député PS du coin sembla quelque peu embarrassée lors de celle-ci. Mais on crut à une erreur de la part d'un conseiller de la ministre (on, ce n'était pas moi).

Puis madame la député PS du Mantois posa une question écrite à l'Assemblée nationale. Et paf, en pleine poire, la ministre de la Santé en personne (et pas un obscur conseiller de son cabinet) confirma bien le pâté un cheval-une alouette pour l'hôpital de Mantes.

Depuis, la députée PS du coin s'est fait très très très discrète. Et sa suppléante encore plus, elle qui se présente avec l'étiquette de François II et de Marisol Touraine dans l'élection cantonale partielle à Mantes du 30 juin 2013.

 

"Dis-moi que ce n'est pas vrai", vient de me dire un électeur socialiste en me montrant un article du Canard enchaîné de cette semaine. Le volatile y décrit la première organisée dans les salons du ministère de la Santé le 12 juin dernier. "La droite en avait rêvé, Marisol Touraine l'a fait", écrit le journal. En effet, la remise des trophée 2013 aux représentants des cliniques privées s'est effectuée dans ces lieux. "Après le chèque de 500 millions d'euros au titre de l'impôt compétitivité dans un secteur protégé de toute concurrence internationale et un hôpital public en réanimation, y a vraiment de quoi faire la fête" conclut le Canard enchaîné.

Bon, il ne dit pas si la député PS du Mantois et sa suppléante étaient de la sauterie organisée par la ministre de la Santé privée. En tout cas, elles ne remettent nullement en cause la politique de l'Elysée, sur la santé comme sur un autre sujet.

Commenter cet article