Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Ce dernier, polytechnicien et haut-fonctionnaire de l'Etat, a adressé un long rapport au maire de Nantes, la ville qu'a administré Jean-Marc Ayrault avant d'être à Matignon. C'est au sujet des "populations étrangères à notre département, chez lesquelles la malpropreté la plus repoussante est une seconde nature, et dont la dégradation morale est descendue à un niveau effrayant, qui viennent encombrer nos quartiers".

Et Auguste Chérot de décrire une "véritable infection (...) un véritable fléau". Pensez donc braves gens, ces populations ne comprennent "pas un mot de français". Leurs femmes "n'ont d'autres moyens d'existence que la plus abjecte et la plus misérable prostitution". Tous, hommes, femmes et enfants "n'ont d'autres moyens de ressources que la mendicité". Et ces "bandes nomades" entrent "pour les trois-quart dans la population qui encombre les bancs des tribunaux". Il faut donc les renvoyer chez eux, écrit Auguste Chérot au maire de Nantes.

Alors, comme ça, des Roms viennent "polluer" la société nantaise?

Pas du tout. Ce sont des Bretons dont parle le haut-fonctionnaire, qui ont fui la misère de leurs campagnes.

Oui, ce rapport date du 25 avril 1851 et est intitulé "Rapport sur les immigrations bretonnes dans la ville de Nantes". La chasse aux Bretons étaient donc ouverte.

D'après l'article d'André Ciccodila dans l'Huma-dimanche de cette semaine.

A lire aussi:

Commenter cet article