Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Tiens, comme c'est dimanche et que je suis gentil, je pioche sans façon dans l'élection des "PS d'or". Chaque année, les journalistes politiques présents à l'université d'été du Ps en attribuent une flopée.

Il faut dire que la barre est haute du côté de l'Elysée et consorts en ce moment. Un sondage Ifop-Ouest-France montre que seulement 28% des Français pensent que le PS a vraiment un projet pour la France. Côté qualité de ses dirigeants, ils ne sont plus que 24%.

Mais revenons aux PS d'or attribués par les journalistes politiques.

La "langue de bois d'or", la catégorie la plus prestigieuse, est décernée à Harlem Désir, ci-devant premier secrétaire du PS. Il la reçoit pour la 5e année consécutive: le "Rafael Nadal de la politique" selon le jury. Et sans être dopé, ça c'est ma pomme qui l'ajoute à l'encontre de quelque mauvaises langues dont je ne suis pas.

Le «Couac d'or» est attribué à Arnaud Montebourg (qui ne redresse plus rien) pour son tonitruant «tu fais chier avec ton aéroport» à l’adresse de Jean-Marc Ayraulport ND des Landes. Oui, mais, soit on ferme sa grande gueule, soit on abandonne son maroquin de ministre du Redressement productif, non?

Le «Melon d'or 2013» est logiquement décerné à Manuel Valls «pour son oeuvre et celle à venir». Chacun appréciera...

Le «planqué de l’année» est Benoît Hamon, ancien porte-parole du PS mais qui la ferme grave dans le gouvernement. Si je peux me permettre, la concurrence a dû être rude entre ses copains et copines qui n'en glandent pas trop aussi.

Le «Lèche-cul» d’or revient à Bruno Le Roux, patron des députés PS, toujours le premier à défendre son cher président François Hollande.  Rien à rajouter.

La «langue de vipère d’or» est attribuée à notre si distingué ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius qui s’était demandé s’il ne fallait pas un «patron» à Bercy. Pierre Moscovici, qui en est le chambellan, avait bougrement apprécié.

La meilleure blague de François II a été également choisie par la presse. Elle a eu lieu le 21 juin, au salon aéronautique du Bourget. Le président donne le bras au marchand d'armes et sénateur Ump Serge Dassault pour monter des marches: «C'est l'Etat qui soutient Dassault... comme d'habitude.» Chacun appréciera...

 

Note de ma pomme: Attention toutefois de ne pas trop se fendre la poire, c'est quand même eux qui ont tous les pouvoirs en France pour la gouverner. Et ça, ce n'est pas de la rigolade.

Commenter cet article