Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Pas de cérémonie officielle, ni d'hommage de la nation aux Invalides en ce 70e anniversaire de la création du Conseil National de la Résistance, le 27 mai 1943 sous l'occupation nazie de la France.

 

Dans le lycée parisien Buffon, où certes 5 de ses élèves résistants furent fusillés par les Allemands en février 1943, François II a assuré le strict service minimum. Oui, aujourd'hui, on en est à enterrer ce qui reste du programme politique du CNR, que conduire des idées de progrès et de justice pour le pays.

 

Dans ce contexte de compromis permanent entre exploiteurs et exploités, le social-démocrate qu'est François Hollande n'a vu dans le CNR que l'union entre "ceux qui représentaient les élites et ceux qui représentaient les milieux populaires" pour une "France plus juste".

 

Non, le CNR ne fut pas une histoire où l'on a signé, autour d'une table, un compromis. Et le programme du CNR fut de la même veine.

Oui, tous les partis d'avant-guerre y étaient représentés, alors que tous, sauf le PCF déjà interdit, avaient cautionné Pétain pour qu'il renverse la République. S'ils furent présents à la constitution du CNR, cela tient à la volonté du général de Gaulle de les y voir figurer, pour ne pas y retrouver le seul Parti communiste, l'unique organisation politique nationale et armée clandestine ce qu'elle était réellement.

Si la petite CFTC est aussi présente, c'est surtout pour contrer la réunification de la CGT en avril 1943 dans laquelle les résistants de l'ex-CGTU (chassés de la confédération avant-guerre) prennent un part prépondérante.

 

Aujourd'hui, il n'est plus tendance de rappeler que le programme politique du CNR, appliqué à la Libération, provient principalement de la force et des actions des communistes dans la Résistance. A cette époque, les quelques socialistes qui avaient rejoint ce combat étaient aussi aux côtés du PCF. L'un d'eux, Louis Saillant devint le dernier président du CNR au moment ou fut élaboré son programme, qui n'était pas celui suggéré par le général de Gaulle.

 

Oui, aujourd'hui, François II n'a pas du tout l'idée de transformer la mauvaise société française. CQFD.

 

http://www.mariepizza.fr/public/Novembre_2010/les_jours_heureux.png

Commenter cet article

Bernard MILLET 29/05/2013 14:41

Mon cher camarade, bien que nous nous connaissions pas, je tiens à te féliciter d'effectuer une piqûre de rappel, compte tenu que cet anniversaire du CNR est passé sous silence, quasiment partout. Même avec les moyens rapides que sont internet, Facebook, etc.. AUCUNE info sur cette journée mémorable, alors qu'il y a quelques jours,un film, est passé, à une heure tardive, soit, mais c'est quand même une bonne chose, avec des acteurs très bons. L'on pouvait voir comment s'est réunie ces résistants, ces patriotes qui avaient foi dans leur pays, La FRANCE. Il y a 50 ans, et, force est de constater que la majorité du pays,et le gouvernement à sa tête ont lamentablement détournés ce fait HISTORIQUE. Ce dernier a préféré le mariage gay (je n'ai rien contre), avant de traiter le SOCIAL, ce qui est tout à fait scandaleux et méprisant pour ces jeunes gens qui se sont battus pour NOTRE LIBERTE! OUI, il faut saluer le courage des cocos et de la CGT, qui se sont unis pour organiser cette résistance, et mettre sur pied un programme SOCIAL, avec NOTRE Sécurité Sociale, les droits des salariés, les Allocations Familiales, etc... etc... c'est sûrement cela que la droite et la social démocratie (PS), ne peuvent tolérer, car ils ne sont que des pantins de la finance et du MEDEF! DESOLANT? ces gens là devraient se regarder dans un miroir, et constateraient qu'il ont, en face d'eux, ce sont des sous hommes, tout simplement!!

caroleone 29/05/2013 13:25

Bonjour Roger,

Pas trop surprise de constater que les valeurs du CNR ne comptent pas pour les soces, je l'avais déjà remarqué près de moi. Il faut tout leur apprendre ou leur souffler si tu veux car vraiment, l'histoire c'est pas leur truc. Comme ça, ils ne sont pas trop gênés aux entournures pour détruire ce qu'ils ne connaissent ni ne maîtrisent pas.
Mais certains se battent pour que ce CNR vive et continue son chemin en se nourrissant du terreau des luttes pour y faire pousser les graines de l'avenir. Quand on a des valeurs, on sait très bien quel chemin prendre.
Amitiés

caroleone

Marie 29/05/2013 11:07

Bonjour Roger,

Je dirai plutôt " social libéral "

Bonne journée
Amitié