Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Evidemment, me direz-vous, avec cette locomotive qui est sortie des rails en Suisse, pour aller prendre un bain dans la rivière La Venoge! Les Chemins de fer suisses (CFF pour les initiés) ont déployé de très gros moyens pour la tirer de l'eau.

La locomotive tombée dans la Venoge tirée de sa fâcheuse posture

 

Oui mais non, depuis la libéralisation totale du rail helvétique, cette locomotive, qui a piqué une tête dans la flotte, appartient à la Widmer Rail Services, une société privée et pas aux CFF. Oui en english, ça fait mieux pour faire du business sur des infrastructures payées par le contribuable helvète.

Cette société privée a été montée de toutes pièces en 2007 par un dentiste suisse, activité qui, vous l'avouerez, n'a rien à voir avec celle d'un cabinet dentaire ordinaire.

Au début, les conducteurs de la société du dentiste étaient des anciens des CFF. puis, avec les cadences de travail imposées, il n'y a plus eu de volontaires. Alors, l'arracheur de dents patenté a embauché des chômeurs venus d'autres horizons que celui du ferroviaire.

Ainsi, celui qui a plongé tout habillé avec sa loco travaillait autrefois dans les assurances. Il a oublié un signal commandant l'arrêt impératif. Et donc plouf: 80 tonnes à la baille!

Les syndicats suisses ont déjà fustigé la formation très aléatoire des conducteurs du privé. Oui, surtout que outre la mise en danger flagrante des circulations ferroviaires avec une instruction au ras des pâquerettes (business oblige), on n'apprend pas à nager aux futurs conducteurs de la Widmer Rail Services.

 

Blague à part, en France, la réforme ferroviaire dictée par l'UE a reçu l'aval de l'Elysée. La libéralisation totale du rail français est enclenchée. Le gouvernement vient de sortir un texte conduisant ni plus ni moins à l'éclatement de la SNCF et à la privatisation du service public.

Le 13 juin 2013, la CGT, SUD, la CFDT et l'UNSA appellent à la grève contre ce texte considéré comme "inacceptable".

Commenter cet article