Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Dans la Syrie en guerre, l'opposition qui combat le régime de Bachar al Assad n'arrête pas de s'émietter, laissant la place aux bandes islamistes armées rémunérées par l'Arabie Saoudite, le Qatar ou la Turquie, quand elles ne se massacrent pas entre elles.

En fait, pour ces groupes djihadistes, seul importe l'islam radical qu'ils veulent instaurer en Syrie, comme partout ailleurs.

 

L'article du 6 juin 2013, paru dans Le Monde, est significatif à ce sujet. Le journal cite le message audio d'Al-Zawahiri, le chef actuel d'Al-Qaida: "Unissez-vous, entendez-vous et engagez-vous à ne pas déposer les armes et à ne pas quitter  vos tranchées jusqu'à l'établissement au Levant d'un Etat islamique qui œuvrera pour le rétablissement du califat [...]. Le djihad au Levant œuvre pour l'établissement d'un califat islamique combattant qui poursuivra les sacrifices [...] jusqu'à ce que la bannière du djihad et de l'islam soit hissée [...] à Jérusalem".

Le même journal révèle que le cheikh égyptien Youssef Al-Qaradaoui, idéologue des Frères musulmans, a appelé la semaine dernière les musulmans sunnites au djihad contre "Bachar Al-Assad et son régime alaouite", une dissidence du chiisme. Quant aux Frères musulmans, ils font dans le très démocratiques: ce sont eux qui gouvernement l'Egypte par la main de fer du frère Morsi.

L'Humanité du 11 juin relate l'assassinat de sang froid d'un petit vendeur de café dans les rues d'Alep. Mohammad Kattaa, 15 ans, a des mots avec un client qui ne veut boire qu'une tasse gratuitement. L'adolescent invoque alors Dieu, en prétendant que même si celui-ci revenait sur terre, il ne lui ferait pas crédit. Pour son malheur, un groupe de mercenaires islamistes, autoproclamés "Gardiens du respect de Dieu", passe par là. Il n'est pas Syrien. Il abat de deux balles dans la tête celui qu'il considère comme un blasphémateur.

 

L’Union européenne n’a pas prolongé son embargo sur les livraisons d’armes à la rébellion en Syrie. La discussion à huis clos, qui a divisé les pays européens, s’est soldée par l’annulation des sanctions, mais l’UE reste divisée.  Oui, vu les derniers développements de cette guerre, les ministres des Affaires étrangères de l’UE n’ont pas décidé d’armer les rebelles mais simplement renoncé à ne plus le faire. La nuance est importante.

Surtout, le grand frère, les USA, n'est pas disposé pour le moment à s'embarquer dans cette galère. Ils sont extrêmement hostiles aux organisations islamistes affiliées à Al-Qaïda. L’armement et la formation de ces rebelles fanatisés pourraient changer l’équilibre des forces dans le pays, donnant un coup de pouce à l’expansion de l’extrémisme islamique au Proche-Orient. Ils empêcheraient ainsi le business des USA dans cette région.

 

En vérité, seul un règlement politique peut mettre fin aux exactions des uns et des autres.

Sinon, il y a le savon d'Alep : bien se laver après chaque massacre. J'oubliais aussi le Miséricordieux dont chaque camp se revendique pour s'entretuer.

savon-d-alep

Commenter cet article