Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Pas à l'EPO comme presque tout le Tour de France 1998, dont le maillot jaune, son dauphin et les principaux "champions" de cette course. Mais Edouard Balladur, selon LeMonde.fr, aurait perçu des financements suspects lors de sa campagne pour être président de la République en 1995.

Selon le journal, ce 18 juillet, les juges chargés du volet financier de l'affaire Karachi ont délivré un réquisitoire supplétif pour "détournements de fonds publics". Ce qui la foutrait mal, vu que Balladur était premier ministre à l'époque en cette année 1995.

 

La Cour de justice de la République s'approche donc de plus en plus de ses fesses. De même pour son ancien ministre de la Défense, François Léotard, ouvertement suspecté d'avoir imposé Ziad Takieddine (oui le pote de Copé) dans plusieurs contrats d'armement, en contrepartie du versement de rétrocommissions. L'homme-lige de M. Léotard, Renaud Donnedieu de Vabres, son conseiller entre 1993 et 1995, est déjà poursuivi pour "abus de biens sociaux et recel".

 

Les témoignages sur ces "fonds secrets" s'accumulent autour de Pierre Mongin, chef de cabinet du premier ministre Balladur à l'époque.

Par exemple, en novembre 2011, Frédéric Aucher, ancien gendarme, avait expliqué aux policiers de la division nationale d'investigations financières dans quelles conditions il était devenu secrétaire général de la campagne de M. Balladur. "Lorsque l'on m'a demandé de venir à la campagne et que M. Pierre Mongin m'a demandé de quitter mon poste du ministère de la coopération, il m'a dit qu'il compenserait ma perte de salaire par une enveloppe de fonds secrets de Matignon, avait-il révélé. En fin de mois, Pierre Mongin me remettait des espèces. Le montant a évolué au fil des mois. Le premier mois, j'ai eu 30 000 francs, puis 50 000 francs à deux reprises."

 En décembre 2012, l'ex-trésorier de la campagne de M. Balladur, René Galy-Dejean, avait été encore plus explicite. il avait été plus explicite après avoir été convoqué par ledit Mongin: : "Arrivé dans son bureau, il me montre plusieurs boîtes en carton et me dit : 'Voilà 3 millions en petites coupures'. C'est cette somme que j'ai apportée à la cellule trésorerie."

Ce qui fait dire peut-être, selon une caricature, à Jean-François Copé:

Commenter cet article