Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Trois enquêtes ont été lancées pour faire la lumière sur les raisons du déraillement vendredi soir du train Intercités Paris-Limoges. Dès ce samedi, la SNCF a mis en avant la défaillance d'une pièce d'un aiguillage situé en amont de la gare. Une version que Didier Le Reste, qui a longtemps été le secrétaire général de la CGT Cheminots, juge "prématurée" et "inadaptée".

Le moins qu'on puisse dire c'est que Didier Le Reste a des doutes sur la version de la SNCF, la "défaillance" d'une éclisse d'aiguillage : "Pourquoi une pièce comme ça qui se serait désolidarisée du rail, se serait envolée et déposée opportunément au cœur de l'aiguille. Et aurait fait dérailler le train."

Didier Le Reste (CGT) conteste les "vérités" de la SNCF. Il répond à Emilie Gautreau sur France info en ce 14 juillet 2013:
 

"Il faut pousser les investigations"

L'ancien patron de la CGT Cheminots estime lui que "toutes les hypothèses sont sur la table. Il y a certainement d'autres causes". Et il critique entre les lignes la précipitation de la SNCF : "On sait que les enquêtes qui sont diligentées produisent leurs résultats plusieurs semaines après. Le fait que la SNCF communique aussi rapidement, le fait que son président livre au bon peuple une version qui pourrait devenir officielle alors qu'il faut pousser les investigations".

Et Didier Le Reste de rappeler la séquence des Eurostar bloqués à l'hiver 2009 dans le Tunnel sous la Manche "où le président Pépy se répandait dans les médias en disant que c'était la neige poudreuse. Et moi j'avais interrogé l'opinion s'il y avait pas un lien de causalité avec les problèmes de maintenante. Et les enquêtes indépendantes m'ont donné raison. Attention à ce qu'on assène comme étant des vérités."

 

Note de ma pomme:

Une éclisse est une pièce métallique servant, à l'aide de gros boulons (4 à 6), à raccorder deux rails, l'assemblage complet formant alors un joint.

Guillaume Pépy, pdg de la SNCF, a beau lancé d'urgence une opération de visite des 5 000 éclisses comparables à l'aiguillage de Brétigny-sur-Orge, il s'en trouve des milliers et des milliers d'autres formant des joints sur le réseau. Mais faut-il encore ne voir que l'arbre qui cache la forêt?

En 2005, un audit de l'Ecole polytechnique de Lausanne démontrait l'accélération du vieillissement des infrastructures ferroviaires françaises. C'était l'époque du tout TGV pour masquer la réduction des coûts et des effectifs, l'augmentation des tarifs et le gel des investissements sur les lignes classiques. Cela avait débuté en 1991, par une directive européenne qui privilégiait cette politique. En 1997, le gouvernement Jospin de la gauche plurielle accélère le mouvement en dissociant, en deux entités séparées, le chemin de fer: RFF chargé de la gestion du rail, SNCF pour l'exploitation des trains.

Il faut une autre ambition pour l'industrie ferroviaire française, débarrassée des carcans capitalistes de l'Ue. Il faut en France des moyens humains et matériels conséquents, avec une qualification toujours plus grande des cheminots. Ceci ne passe pas par la rigueur instaurée par François Hollande à la France et Guillaume Pépy à la SNCF.

Commenter cet article

carlton 16/07/2013 17:45

Comment une pièce de 10kilo fixé par 4 à 6 boulons de 36 millimetres peut elle faire dérailler un train de 400 tonnes lancé a 130km/h. Personnellement j'ai un sérieux doute face a cette réponse que je trouve beaucoup trop rapide ( 24h ). Laissons travailler les experts indépendants plutôt que ces experts désignés.