Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

"Camarade Pablo Neruda: présent!", le 25 septembre 1973, c'est sous cet hommage lancé par un cortège d'amis et de militants du Parti communiste chilien, qu'avance le cerceuil de Pablo Neruda. Entre deux chants de l'Internationale, sont aussi associés le poète assassiné Victor Jara et d'autres démocrates chiliens. Ces premiers manifestants au coup d'état du général Pinochet risquent leur vie. Mitraillettes et fusils-mitrailleurs vont être braqués sur leurs poitrines jusqu'au cimetière.

Communiste, prix Nobel de littérature, ami du président Salvadeor Allende et nommé par celui-ci ambassadeur du Chili démocratique en France, Pablo Neruda renonce à son poste et revient dans son pays. Il veut le défendre contre les déstabilisations organisées par les USA et la CIA, la droite et le patronat chiliens.

Salvador Allende et Pablo Neruda

Le 11 septembre 1973, le coup d'état militaire est mis en exécution.

 

Aujourd'hui, pressentant qu'il fut empoisonné par la dictature d'alors, le Parti communiste chilien a souhaité que soit exhumée la dépouille de Pablo Neruda à fin d'analyses. Mais quel que soient les résultats, Pablo Neruda n'a pas supporté la terreur pinochétiste, l'arrestation en masse des opposants, leur torture, leur exécution ou leur "disparition".

 

En 1936, quand son ami le poète Gabriel Garcia Lorca est fusillé par les fascistes espagnols lors de leur coup d'état militaire, Pablo Neruda s'écriait envers le monde entier: "Venez voir le sang dans les rues!"

Pablo Neruda a toujours lié la littérature, l'action npolitique et la démocratie.

Encore aujourd'hui, "camarade Pablo Neruda, presente!"

Commenter cet article

caroleone 24/09/2013 11:58

Merci Roger, je te le pique...

C'est tellement émouvant...j'en suis toute retournée.

Bonne journée
caro