Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Pour ma part, je me fiche royalement que l'épouse d'un prince de Grande-Bretagne ait été photographiée, les seins nus, sur une plage gauloise. A mon humble avis, cela doit être mieux que d'avoir photographié ceux de la grand-mère couronnée de son époux. Pour ma part aussi, je me contrefous que Xavier Bertrand ne prétende plus à être le grand vizir de l'UMP. Et pourtant, ce sont ces deux infos dont nous bassinent les médias.

 

Par contre, rien sur la Bulgarie qui ne veut plus rentrer dans la zone euro, alors qu'elle satisfait à tous les dogmes établis par Bruxelles, Berlin et accessoirement par la France.

Zone euro pression

"Je ne vois actuellement aucun bénéfice, seulement des coûts", a expliqué le ministre des finances, Simeon Djankov, au Wall Street Journal, le 3 septembre.

Oui, ce pays ne s'en sort pas trop mal avec sa monnaie nationale, malgré qu'on le compare à la Grèce, au  Portugal ou à l'Espagne: croissance de 1,7 % en 2011.  

Sofia n'est pas la seule capitale à se replier sur sa monnaie. La Lettonie et la Lituanie n'ont pas envie non plus de se noyer dans la zone euro, leurs dirigeants attendent de voir le fond de la piscine...

Et pays vertueux en matière de finances publiques, la Pologne a aussi baissé pavillon, consciente que son opinion publique est de moins en moins favorable à l'UE et à sa monnaie unique. "Je n'aimerais pas emménager dans une maison où des éléments architecturaux, c'est-à-dire des éléments essentiels de la rénovation, n'ont pas été réalisés ; où le danger existe qu'un mur nous tombe dessus," vient de dire Jacek Rotowski, ministre des finances polonais.

Dernière chose, la Bulgarie, la Pologne, la Lettonie ou l'Estonie ne sont pas dirigées, très loin s'en faut, par de redoutables révolutionnaires.

 

Ah, ils ne vous ont pas parlé de ça à la télé. Encore un oubli sans doute.

 

Commenter cet article