Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

republique1792.jpg

 Le 21 septembre 1792, sur proposition de deux de ses membres, l'abbé Grégoire et Collot d'Herbois, la "Convention nationale décrète que la royauté est abolie en France". Pour autant, la forme du nouveau régime n'est pas discutée et il faut attendre la séance du 22 septembre pour que 1ère République naisse, avec la proposition de Billaud-Varenne, qui fut adopté, de "dater les actes ... de l'an premier de la République française ... à compter d'hier". De fait, la république naît bien le 21 septembre avec l'abolition de la royauté, mais de droit le jour suivant.
  Depuis sa fuite à Varennes (21-22 juin 1791), Louis XVI est assigné à résidence au palais des Tuileries. Mais il reste le roi et n’hésite pas à user de son droit de véto. Beaucoup de nobles, laïcs ou ecclésiastiques, ont passé les frontières. Nombre d'entre eux vont combattre dans les armées étrangères qui envahissent la France. Le 11 juillet 1792, l'Assemblée nationale proclame "la Patrie en danger".
   Le 25 juillet, le duc de Brunswick, général des armées austro-prussiennes, par son manifeste, demande le rétablissement de la monarchie absolue en France, sinon, il s'ensuivra "une vengeance exemplaire et à jamais mémorable, en livrant la ville de Paris à une exécution militaire".

  Mais, le 10 août, une foule de sans-culottes, renforcée de fédérés, ces volontaires montés de la province, prend d’assaut le palais des Tuileries, tuant près de 600 gardes suisses, et appelle à la chute de la monarchie. Louis XVI est suspendu par décret et incarcéré au Temple. Une Convention nationale, élue, est chargée de rédiger une nouvelle Constitution.


  Mais les armées étrangères sont sur le sol de la patrie. Longwy capitule le 22 août, Verdun, le 2 septembre. Les Prussiens franchissent la forêt d’Argonne le 14 septembre, la route de Paris leur est ouverte. Ils sont enfin arrêtés le 20 septembre à Valmy. Le 21, la Convention tient sa première séance et abolit la royauté.


   220 ans après, que reste-t-il de la République ? Et personne qui ne songe à célébrer sa naissance...

  Aujourd'hui, nous vivons sous la Vème et nous élisons un roi qui siège dans un palais. Il a tous les pouvoirs, même celui de ne jamais consulter le peuple par référendum.

  Aujourd'hui, comme en 1792, ceux que la naissance ou le fric a favorisés, émigrent à l'étranger ou font fructifier leur oseille hors de la patrie.

Pour autant, il faut toujours défendre, et de plus en plus fort, la démocratie, la laïcité et les idéaux gravés aux frontons des édifices publics. Il faut toujours être révolutionnaire.

 

Commenter cet article

S
merci à toi roger pour ce morceau de bravoure qui devrait faire réfléchir moult citoyens, la vérité et la justice, l'égalité et la fraternité auront toujours raison car elles sont la liberté au
bout du chemin
Répondre