Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

  Cette semaine encore, pas de podium de la Honte, mais un décret de Claude Guéant, chef de la police et aussi de la gendarmerie par décision royale du boss de l'Elysée en date du 29 novembre 2007. Ledit décret  instaure une "médaille de la sécurité intérieure", pile poil ce vendredi et à un pet de cheval du premier tour de l'élection présidentielle. Mais c'est du pur hasard, comme la rafle des islamistes le même jour.

  Et qui va bénéficier de cette nouvelle breloque? Et bien, 2000 récipiendaires, rien que pour cette année, dit aussi le décret qui a tout prévu, comme par hasard.

 

  Oui, parce qu'il y avait le feu dans la maison poulaga. Les flics n'étaient décorés que de la médaille du Mérite et accessoirement de la Légion d'honneur, tandis que les pandores plus facilement de la Légion d'honneur et de la médaille du Mérite, plus d'autres ronds militaires en métal vu leur appartenance à l'armée. On se fendit même d'un rapport pour confondre cette injustice (oui, voilà où passe un peu du budget accordé à la sécurité intérieure). Et de ce fait, il s'avéra que depuis la réunion de la gendarmerie et de la police sous l'autorité hiérarchique du ministre de l'Intérieur, la première avait reçu 6 fois plus de légions d'honneur et 4 fois plus de médailles de mérite que la seconde. (Au passage, aucun rapport n'officialisait le dégraissage dans les effectifs des uns et des autres après leur réunification dans une même unité.)

  Mais d'où le décret providentiel pour éteindre la grogne du côté des paniers à salade (c'était le nom donné aux fourgonnettes des flics, sans doute à cause de la suspension et jamais parce que les civils y étaient quelque peu secoués.) Oui, car il y avait urgence, la DCRI ( la partie des ex-RG) menaçait de défiler à Marseille avec le Front de gauche et les CRS de pique-niquer avec des grévistes au lieu de leur donner du bâton. Oui, mesdames-messieurs, le feu qui couvait, risquait de s'embraser et le député UMP, Patrick Beaudouin, s'en était fait le porte-parole déjà en 2008 en écrivant une bafouille au ministère de l'intérieur:

"Les policiers sont aussi sensibles que les gendarmes aux décorations, ordres et médailles, qui traduisent la reconnaissance de leur travail et de leur mérite. "


  Voilà l'histoire sur la création de cette médaille de la sécurité intérieure. Et pile poil où elle est créée, Claude Guéant interdit à ce que Bernard Squarcini, le boss de la DRCI soit auditionné par le Sénat sur son boulot actuel (surtout après l'affaire du tueur de Montauban et de Toulouse). 

  Allez, circulez, il n'y a plus rien à voir!

  Alors faut-il pleurer ou faut-il en rire?

 

  Bon, on ne sait jamais, à tout hasard, je laisse à la disposition de mes lecteurs la médaille attribuée d'ordinaire pour le podium de la Honte:

triple zéro

Commenter cet article