Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par le Mantois hier et aujourd'hui

     C'est de Renaud Donnedieu de Vabres dont il s'agit, ministre par deux fois de la République. Cela a à voir avec l'affaire Karachi et les supposées rétro-commissions (illégales) tombées dans le panier d'Edouard Balladur, candidat à la présidentielle en 1995 et 1er ministre du gouvernement de droite à l'époque. Il y avait eu une vente d'armes au Pakistan et à l'Arabie saoudite (deux états pas du tout démocratiques mais le pognon n'a aucun état d'âme).

     Toujours à cette époque, monsieur Donnedieu de Vabres est conseiller spécial de François Léotard, ministre de la Défense . Pour les tractations autour des contrats d'armes, Renaud Donnedieu de Vabres impose Ziad Takieddine, un affairiste Franco-Libanais. A cet effet, une société offshore (Heine SAA) est montée au grand-duché du Luxembourg (paradis fiscal dans l'Union européenne, pour ceux qui ne le savent pas). Nicolas Sarkozy, ministre du Budget, a donné son accord. (La droite, les affaires, les paradis fiscaux, comme le monde semble petit).


     En 1995, des millions de francs se déversent pour la campagne électorale d'Edouard Balladur dont Nicolas Sarkozy, (ministre en exercice du Budget, pour ceux qui ne suivent pas) est le vibrant porte-parole. (Si, si, il a du talent pour faire le bateleur). Le Conseil constitutionnel pense rejeter les comptes de campagne d'Edouard Balladur, puis en fin de compte, les accepte. (Étonnant non?). Enfin, la droite, les affaires, les paradis fiscaux, le Conseil constitutionnel, vraiment le monde est petit et tout va pour le mieux dans ce monde-là.

 

     Sauf que le 8 mai 2002, un bus explose à Karachi au Pakistan: 11 Français travaillant pour la DCN, tous des civils, sont tués. il semblerait que du côté de ce pays, dans le cadre du contrat d'armes, du pèze (sale) ne lui parvienne plus. La Justice française va ouvrir une enquête suite à une plainte des familles des victimes. Dans ce cadre-là, Ziad Takieddine est mis en examen, suivi par Thierry Gaubert et Nicolas Bazire, proches du président de la République à plusieurs titres.

     Renaud Donnedieu de Vabres vient d'être placé en garde à vue hier. Il reconnaît avoir rencontré Ziad Takkieddine  au ministère de la Défense, dont le patron était François Léotard. Récemment, l'enquête a mis à jour le versement d'importants sommes d'argent dans la besace électorale de Balladur.

     Après Renaud Donnedieu de Vabres, à qui le tour? Qui va être entendu par un juge d'instruction, fonction que le locataire actuel de l'Elysée veut supprimer? (On se demande pourquoi).

     Renaud Donnedieu de Vabres n'est pas le perdreau de l'année, qui se serait mélangé les crayons dans les allées tortueuses (et nauséabondes) de la droite. Il fut deux fois ministre (de cette même droite). Ministre des Affaires européennes de Chirac, il démissionne au bout de 40 jours. Impliqué dans le financement (illégal) de la formation politique de François Léotard (Dieu, que le monde est petit!), il est condamné à 15 000 euros d'amende pour blanchiment d'argent (sale?).


     Monsieur Renaud Donnedieu de Vabres est Chevalier de l'ordre de la Légion d'honneur depuis le 1er mars 2009. (Sous la mandature de Nicolas Sarkozy, mais que voulez-vous, le monde est bien petit). il est aussi conseiller pour la stratégie et le développement du goupe financier d'urbanisme Allard (On n'est jamais trop riche). Il est également président d'Atout France, agence au service du tourisme français qui dépend du ministère des Finances. (On n'est jamais trop riche bis repetita, mais là avec l'argent des citoyens)

Commenter cet article