Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Dans une étude récente, l'Acoss, la caisse nationale de l'Ursaff, pointe le travail au noir en France, après un contrôle dans 4 000 établissements

  Le phénomène touche 7,3% des entreprises, soit 2,4% des salariés. Ce qui n'est pas rien. Surtout  que le rapport précise que les contrôles ont été effectués à des heures de travail normales et donc jamais le week-end ou très tôt le matin.

 

JPEG - 61.5 ko

 

   La palme de la fraude revient aux hôtels, cafés et restaurants avec 5,8% des salariés qui seraient en situation illégale. Le commerce de détail n’est pas loin (5,5%). Les salons de coiffure et d’esthétique ne sont pas en reste (4,2%). Les banques et les assurances sont les meilleurs élèves (0%). Les travailleurs dissimulés sont de tous âges, mais les taux sont les plus importants parmi les salariés de moins de 18 ans (8%) et parmi ceux de plus de 60 ans (21,4%).

   Sur le plan géographique, ce sont les Régions Ile-de-France (4,3%), Nord-ouest (3,7%) et Sud (2,3%) qui enregistrent les taux de dissimulation les plus importants, tandis que les Régions Est (1,2%) et Ouest (1,8%) connaissent les taux les plus faibles.

 

  Note de ma pomme: Rappel, la corporation des hôtels, cafés et restaurants avait bénéficié d'une baisse du taux de leur TVA, soi-disant pour embaucher du personnel et mieux le rémunérer. Cela n'a pas été fait et les consommateurs n'ont rien vu de changer dans leurs additions (autre promesse non tenue par ladite corporation). Que l'Urssaf se ponde d'un rapport pour étudier le travail au noir dans les entreprises, c'est bien. Mais pourquoi le gouvernement actuel détricote-t-il les mailles du réseau des inspecteurs du travail en France? En ce moment, Michel Sapin, ministre du Travail, met la gomme en ce sens, poursuivant la politique de réduction des fonctionnaires entreprises par Nicolas Sarkozy.

 

Commenter cet article