Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par le Mantois hier et aujourd'hui

     A la Société Nationale des Chemins de fer Français, nationalisée par le Front populaire faut-il le rappeler, les arguments techniques pour rénover le réseau sont incontestables. 3 000 km de voies sur 29 000, dans un état lamentable, obligent les trains à ralentir pour garantir la sécurité. En d'autres endroits, l'extrême saturation des infrastructures cause les mêmes désagréments pour les usagers. Des travaux sont donc évidemment nécessaires et urgents parfois.

     En effet, dans les années 1970-1980, l'Etat et la SNCF ont privilégié le financement des lignes à grande vitesse; dès lors, depuis cette époque, cette politique a perduré au détriment du reste du réseau ferré qui, faute d'entretien, s'est considérablement dégradé. La CGT cheminots l'avait dit en temps et en heure tout en réclamant une meilleure desserte ferroviaire pour les voyageurs. Elle le répète aujourd'hui.

crise003

                                            Grévistes du dépôt de Mantes-la-Jolie pour un meilleur service public.

 

     La Suisse s'est trouvée devant pareil dilemme: rénover ses voies et mettre en place un meilleur cadencement voyageur. Or, elle a d'abord lancé d'énormes travaux sur ses lignes, avant de mettre en place le cadencement nécessaire. Il faut dire que la Suisse n'est pas soumise, dès 2014, à l'ouverture du transport des voyageurs à la concurrence (libre et non faussée) ordonnée par Bruxelles. Ceci explique cela.

     En France, la rationalisation du mouvements des trains permet à Réseau Ferré de France ( RFF entreprise nationale qui n'appartient plus à la SNCF) de mieux organiser la vente de sillons aux sociétés privés de transport.

     L'exemple est criant avec Thello, entreprise privée, assurant depuis hier la liaison de nuit Paris-Venise (billets de 35 à 275 euros, petit-déjeuner compris) au départ de Paris-Lyon. Une voie de cette gare parisienne lui est spécialement réservée, alors que cet établissement est saturé et quand les usagers venant de la région Auvergne vont débarquer désormais dans les installations de la gare marchandises de Paris-Bercy. Et bien sûr, la société Thello tait qu'elle tracte ses trains avec des BB 36 000 ne servant principalement qu'aux trains de marchandises, vu que leur vitesse voyageur limite n'est que de 110km/h. Et silence radio aussi sur le fait qu'elle privilégie plutôt les dessertes attractives ou touristiques que les liaisons domicile-travail.  Et comme par hasard, (mais ne le répétez pas), la SNCF escomptait ne plus desservir la ligne Paris-Venise

 

     Et le simple usager dans tout cela?

      Il subit plus que la SNCF ne l'a contacté, malgré les 10 millions d'euros en pub dépensés par cette dernière. Williy Colin, porte-parole d'une coordination nationale d'associations d'usagers parle, lui, de gares de provinces plus du tout desservies et de défauts de correspondances entraînant l'utilisation de la voiture, d'allongements des trajets et de suppressions de trains...

     Un médiateur est nommé par la SNCF en la personne de Nicole Notat, ex-patronne de la CFDT. Mais ne sera t-elle pas réduite au sort d'une simple boite à lettres? Et que dire de sa neutralité, elle qui dirige une agence de notation en relation d'affaires avec la SNCF et dont le conseil d'administration comporte des entreprises du CAC 40? Guillaume Pépy, pdg de la SNCF, parle lui de compensation financière aux abonnés lésés.

 

     Est-ce cela la SNCF que nous voulons, cheminots et usagers de ce service public?

Commenter cet article