Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par le Mantois hier et aujourd'hui

     Ne vient-il pas de prétendre être le protecteur du programme du Conseil National de la Résistance et le défenseur de la Sécurité sociale, lui l'ami des employeurs et des nantis?

     Le patronat français n'a jamais été signataire du programme du Conseil National de la Résistance. Et pour cause, aucun de ses représentants n'a été fusillé ou décapité comme otage ou comme résistant durant la Deuxième Guerre mondiale. Et pour cause, le patronat français a travaillé pour l'économie de guerre allemande et a soutenu le gouvernement collaborationniste de Pétain à l'égard du Reich hitlérien. Dès lors, à la Libération, l'application du programme de la Résistance, notamment la création de la Sécurité sociale dans une France meurtrie, pillée et ruinée, ne fut pas l'oeuvre du patronat français. D'ailleurs, pour rappeler les idées de la droite et des employeurs sur les acquis sociaux obtenus par la Résistance à la fin de la guerre, il faut se souvenir des propos de Denis Kessler en octobre 2007, big boss des Assurances et idéologue du MEDEF: "Il y a une profonde unité dans le programme ambitieux de Nicolas Sarkozy: défaire méthodiquement le programme du CNR".

     Dès lors, faut-il s'étonner des multiples attaques de Sarkozy contre notre Sécu? Car qui exonère le patronat de ses cotisations sociales (+ 55% depuis 2002), affectant ainsi les recettes de la Sécu de 30 milliards d'euros, plus que le déficit en 2011 se soldant à 18, 9 milliards d'euros? Qui a voté les exonérations de charges patronales sur l'apprentissage, les emplois à domicile, les contrats aidés, les heures sup, les salaires -jusqu'à 1, 6 fois le SMIC-? Qui ne fait pas la chasse aux entreprises qui oublient de payer leurs cotisations (15 milliards d'euros)? Qui ne fait rien contre le travail au noir proposé par le patronat français, que l'INSEE chiffre à 55 milliards d'euros de déficit pour les caisses publiques? Et c'est monsieur Sarkozy qui vient faire la morale au peuple de France, lui qui prend une chambre à 39 000 euros durant le G 20 de Cannes? Et c'est monsieur Sarkozy, l'ami des employeurs qui ne déclarent pas les accidents de travail (entre 580 millions et 1, 1 milliard d'euros payés de ce fait par la Sécu), qui traîte d'escroc le peuple de France?

 

     Non, les escrocs et les profiteurs ne sont pas du côté de ceux qui sont inégaux devant la santé, le travail, l'éducation, les loisirs et la culture, devant la vie de chaque jour. Ceux qui escroquent et qui profitent sont bien dans votre camp, monsieur Sarkozy, comme ils étaient dans celui de l'occupant nazi et de la collaboration durant la seconde guerre mondiale.

Commenter cet article