Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

     Copie-de-Presentation1.jpg

 

     Sarkozy, bâtisseur de cathédrales: enfin presque. S'il y eut bien une mesure que les journalistes n'attendaient pas, lors de la causette dominicale avec le chef de l'Etat, c'est cette proposition d'augmenter de 30% (pas moins) toutes les constructions de France et de Navarre. "Cela va donner du turbin à des architectes, des ouvriers et aux artisans", s'est enthousiasmé (et il fut le seul) Nicolas Sarkozy. "Oui, mais les gens sont fauchés comme les blés en ce moment et cela risque de continuer avec le serrage de ceinture que vous leur administrez", aurait pu le contredire l'un des journalistes. Ou du moins lui susurrer que dans les 3 mois et demi de mandat restant, ça serait ardu de formaliser une telle loi, genre usine à gaz. Mais bon, lorsqu'on est invité par l'Elysée, pour un futur que l'on veut enchanteur, mieux vaut ne pas contrarier le maître du palais.

 

      Revenons à la proposition sortie du chapeau du chef de l'Etat, d'un simple claquement de doigt.

     Déjà, dans l'idée de sa réélection (ah que ce mot me fait mal à écrire!). Bon, dans cette très mauvaise hypothèse, il va falloir obliger les municipalités UMP des villes aisées ou des arrondissements rupins de Paris de ne pas s'opposer à tous les projets de logements sociaux et de constructions. Et ça, mesdames et messieurs, c'est une autre paire de manche, que même le meilleur des magiciens aura du mal à exécuter. Mais bon, cette montagne arasée, surgit la loi votée par le Parlement. Et il en existe tout un paquet pour tuer dans l'oeuf le lapin de Sarkozy (c'est une image). En effet, dans notre République, existent le code de l'urbanisme, le Code de la construction et de l'habitation, le droit en matière de littoral et celui pour protéger la montagne, les contraintes des règles foncières votées par les communes, sans parler des Bâtiments de France dans les zones classées au patrimoine historique, et de l'Armée qui a son mot à dire dans certains périmètres... Ouf, on n'est pas sorti de l'auberge!

 

     D'ailleurs, hormis Le Figaro et le ministre du logement (mais c'est bonnet blanc et blanc bonnet) qui se ravit de cette annonce du pensionnaire à titre provisoire de l'Elysée? Même les pros du marché boudent, tels Marc Pigeon, président de la fédération des promoteurs immobiliers ou Thierry Repentin, président du mouvement HLM. Bon, le patron des patrons de la fédération du bâtiment, s'est un peu réjoui, à dire vrai. Mais avec un bémol de taille: "c'est que les comunes ne s'opposent pas à ce dispositif". En effet, une simple délibération municipale suffit pour faire tout capoter en vertu du Code des communes.

 

     Alors ces 30% d'augmentation, paroles d'un éphémère bâtisseur de cathédrales, du plus prestigieux des magiciens ou d'un grand arracheur de dents? Je vous laisse juge.

Commenter cet article