Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

roms-2.jpg

  Le candidat François Hollande avait promis au sujet des Roms. il avait pris nettement position contre la politique de Nicolas Sarkozy.

  Rappelez-vous, le 27 mars 2012, le candidat socialiste déclarait: «Je souhaite que, lorsqu’un campement insalubre est démantelé, des solutions alternatives soient proposées. On ne peut pas continuer à accepter que des familles soient chassées d’un endroit sans solution. »

 

  Maintenant, Hollande président de la République fait partie de ces chefs d'Etat de l'UE. Il siège donc avec ceux de Roumanie et de Hongrie qui font tout pour que les Roms originaires de ces pays en soient chassés.

  Président de la République, François Hollande a un chef de la police. Celui-ci n'a pas le discours des chefs de la police de Sarkozy. Le 8 août, il publiait un communiqué: «Les préfets ont reçu pour instruction de mener systématiquement un travail de concertation préalable avec les élus locaux et les associations, afin de procéder à un examen approfondi des situations individuelles et de proposer des solutions d’hébergement, prioritairement pour les familles et les personnes les plus vulnérables ».

 

  Pourtant, à Lille, administrée par Martine Aubry, première secrétaire du Ps, comme à Lyon, gérée aussi par un caïd du Ps, des familles de Roms ont été expulsés manu militari. Et des charters se sont envolés vers la Roumanie.

  Dans l’agglomération lyonnaise, comme dans celle de Lille, aucune solution de relogement n’a été proposée cette semaine, même aux familles ayant des enfants en bas âge ni même à l’une des mères expulsées qui venait d’accoucher d’un prématuré. Et les associations se plaignent de ne pas avoir été « concertées » en amont.

  Aurélie Neveu, de Médecins du Monde à Lyon « ne voit pas la différence avec l’été dernier.  Il n’y a eu ni concertation, ni proposition de relogement. Cet été est comme l’été précédent : on expulse les squats sans relogement, en ne proposant comme solution qu’un « retour volontaire » en Roumanie. Or, on sait pertinemment qu’ils vont revenir en France ».

  Marie Higelin, de Vaulx-en-Velin, qui aide les Roms du secteur va plus loin : « L’année passée, quand ils se faisaient expulser d’un squat, ils pouvaient au moins trouver un autre endroit pour squatter. Là, dès qu’ils se posent la police arrive et les chasse systématiquement ».

  Attention, le chef de la police, du moins son cabinet puisque lui est en vacances, a reçu le collectif Romeurope. Et d'après ce collectif dont l'animateur est Malik Salemkour, vice-président de la Ligue des droits de l'Homme, le discours du ministère de l'Intérieur a changé, par rapport à celui sous Sarkozy. Selon lui, on y a parlé de scolarisation, de logement et de mesures transitoires.

 

  C'est les Roms expulsés dans leur mère patrie qui ont du apprécier. Mais il paraît que le gouvernement de François Hollande va affréter un avion plein de cartables, un autre rempli de briques. C'est promis.

  Bon, il n'enverra pas un gros charter rempli d'espoir. C'est normal, ce n'est pas au programme de l'UE.

 

 

Commenter cet article