Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

drapeau cgt

Jean-Marc Ayrault, maire de Nantes, s'était fait l'activiste du projet pharaonique de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Opération conclue dans le cadre d'un partenariat public-privé, que le PS dénonçait dans l'opposition. Mais peut-être que cela ne s'adressait pas à lui qui était aussi le boss des députés socialistes à l'Assemblée nationale.

La contestation contre ce projet a pris de plus en plus d'ampleur. Mais Jean-Marc Ayrault le maintient en l'état. Pire, il laisse faire Radio France en faire de la pub.


La CGT de Radio France a réagit:

 

 

Publicité pour l’aéroport de Notre-Dame-des Landes

Radio France commet une faute !


C’est un (très) mauvais coup porté à la crédibilité de l’antenne de France Bleu Loire Océan et, au-delà, à toutes celles de Radio France. Malgré les demandes des élus du personnel de cette station locale et de la CGT Radio France, la direction refuse de retirer une campagne de publicité achetée par le Syndicat Mixte Aéroportuaire, structure qui regroupe plusieurs collectivités du Grand Ouest porteuses du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.


- Pendant une semaine, les 120.000 auditeurs quotidiens de France Bleu Loire Océan entendront donc un message vantant les mérites de cet aéroport. Cela signifie qu’un simple spot risque de mettre à mal des mois (des années !) de travail des journalistes de cette station pour respecter la neutralité indispensable au traitement de ce dossier qui déchaîne tant de passions et d’oppositions.

- Cela veut dire que la crédibilité de la radio et de ses personnels va être anéantie par un simple contrat signé par Radio France Publicité, sans même que le directeur de la station et l’équipe locale en ait été informés ! Comment dans ces conditions continuer à assurer notre mission de service public, comment aller sur le terrain demain, à Notre-Dame-des-Landes, et expliquer aux opposants à l’aéroport que non, Radio France ne prend aucun parti dans cette affaire ?

- La CGT dénonce une erreur de Radio France Publicité, qui devient une faute dès lors qu’elle est cautionnée par la direction générale et par la direction de France Bleu !


La CGT demande une nouvelle fois au PDG de faire cesser cette campagne de publicité, même s’il faut pour cela ne pas honorer un contrat signé : l’exigence d’un service public indépendant et de qualité, tel que le défend notre organisation syndicale, est à ce prix !

Commenter cet article