Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

      Pas la mienne, bien évidemment, mais celle du candidat Nicolas Sarkozy de 2007...

 

Mouammar Kadhafi et Nicolas Sarkozy avant le sommet Afrique-Union européenne de Lisbonne, le 8 décembre 2007 (Antonio Cotrim/Reuters)

 

     Mediapart révèle une note de synthèse, versée au dossier d'instruction de l'affaire Karachi, qui semble établir que le régime libyen de Mouammar Kadhafi a versé 50 millions d'euros pour financer la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy de 2007. Cette note est le témoignage du docteur Didier Grosskopf, ex-médecin personnel de l'intermédiaire en armement Ziad Takieddine. (Tiens, encore lui, comme le monde est petit, mais ce n'est peut-être qu'une coïncidence, non?)

     Donc, à plusieurs reprises, Grosskopf a accompagné Takieddine en Libye, où celui-ci déblayait le terrain pour divers contrats et pour cet éventuel financement, avec le fils du défunt dictateur: Saïf al-Islam.

     Toujours selon Médiapart, le 6 octobre 2005, le « financement de la campagne » de « NS » (Nicolas Sarkozy) a été « totalement réglé » lors d'une visite officielle de ce dernier, alors ministre de l'Intérieur.

     Les 50 millions d'euros auraient transité par une banque suisse non déterminée, ainsi que par une société panaméenne de « BH », soit Brice Hortefeux, qui accompagnait le ministre.

     Hortefeux a confirmé à Mediapart sa présence en Libye à cette date, mais dit tout ignorer ce cette société panaméenne.

 

     On se rappelle les déclarations de Saïf al-Islam Kadhafi à Euronews, en mars 2011 :

« Il faut que Sarkozy rende l'argent qu'il a accepté de la Libye pour financer sa campagne électorale. C'est nous qui avons financé sa campagne, et nous en avons la preuve. Nous sommes prêts à tout révéler. (...) »

     Depuis, emprisonné en Libye (pays très ami de la France après la chute de son père), Saïf al-Islam, qui tient à sa vie, garde le silence.

     Et puis, comme ils disent à l'UMP et dans la cour de l'Elysée, laissons que la justice passe avant de condamner qui que ce soit. Sans doute, mais à quelle heure, camarades? 

Commenter cet article