Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Le 21 janvier 2000, le théâtre de Villeneuve-sur-Lot accueille la restitution de l'étude Villeneuve Santé. Elle a commencé le 15 novembre 1999:

 

 

A cette époque, Villeneuve-sur-Lot est dirigée par le maire UMP Michel Gonelle et Jérôme Cahuzac est le député socialiste de la circonscription. Le maire a mis les services municipaux à la disposition des organisateurs. Et Jérôme Cahuzac lui a présenté l'étude sur la santé publique de Villeneuve-sur-Lot comme un opération très utile à sa commune. Sans doute avec tout le talent qu'on lui connaît et les yeux dans les yeux.
Mal lui en a pris. L'année suivante, fort du succès de cette manifestation, Jérôme Cahuzac le déboulonne de la mairie.

il faut dire que le député Jérôme Cahuzac avait fait jouer ses relations et mis les petits plats dans les grands pour la réception de cette étude. Outre la centaine de personnes qui banquète dans le théâtre municipal, on note la présence de Dominique Guillot, secrétaire d'Etat socialiste à la Santé dans le gouvernement Jospin et de son directeur de cabinet, Gilles Duhamel. Celui-ci est un ancien conseiller du ministre socialiste à la Santé Claude Evin dans le gouvernement Rocard, cabinet ministériel dont Jérôme Cahuzac fut aussi conseiller.
Si ces deux-là sont arrivés par un vol régulier, outre les personnalités locales, le reste a effectué un aller-retour par les airs, depuis Le Bourget, dans un avion privé payé par l'institut Lilly.

Le Parisien détaille la liste des décideurs influents dans le milieu pharmaceutique, dont Jean Parrot, président de l'ordre des pharmaciens ou tous ses confrères de la commission de la transparence. Marcel Legrain est aussi de la fête. Il dirigea longtemps la commission d'autorisation de mise sur le marché des médicaments et préside alors l'institut Lilly. Cette structure est une association loi 1901, financée à 100% par le géant pharmaceutique US Lilly, entre autre inventeur et vendeur de l'antidépresseur Prozac.

Le Parisien pose la question:"Si l’intérêt de ce grand raout semble clair pour l’homme politique, quel pourrait avoir été celui de Lilly?"
Le journal note toutefois en conclusion que Lilly a demandé en 2002 que "le Zyprexa puisse être prescrit à un plus grand nombre de patients, et notamment les maniaco-dépressifs. Cette demande lui sera accordée." Le Zyprexa étant déjà sur le marché français depuis 1997.

Note de ma pomme:  résumé de l'article du Parisien du 10 avril 2013, à mon avis passé inaperçu.



Commenter cet article