Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

François Hollande, alors candidat à la présidence de la République, en visite dans l'usine PSA de...

Bozon/AFP

  François Hollande, candidat à la présidence de la République, en visite dans l'usine PSA de Sochaux, en septembre dernier

  Aujourd'hui, François Hollande est élu président de la République française et il s'est doté d'un ministre en charge du redressement productif. C'est mieux dans les paroles que "l'Etat ne peut pas tout" du socialiste Lionel Jospin qui lui coûta sa défaite à la présidentielle de 2002.

 

  Mais d'une théorie plus agréable à entendre, passons d'urgence à la pratique en cet été 2012.

  Rappel: PSA est un groupe privé multimilliardaire dans lequel les héritiers Peugeot sont actionnaires majoritaires. Les dits héritiers sont des évadés fiscaux en Suisse dont la fortune est estimée entre 1,2 et 1,6 milliards d'euros et qui échappent au fisc français.

  L'Assemblée nationale, présidée par le socialiste Claude Bartolone ne peut-elle pas légiférer pour contraindre les évadés fiscaux à redevenir des citoyens français redevables devant l'impôt?

  Le pouvoir sarkozyste avait trouvé les moyens pour faire interdire à PSA, groupe privé, de vendre en Iran. Le pouvoir socialiste ne peut-il pas interdire les licenciements boursiers par une loi ou un décret?

 

  Et la République de François Hollande n'est-elle pas en droit de faire respecter les accords existants entre l'Etat et PSA sur l'indemnisation du chômage partiel, sur la formation ou sur les contrats en alternance par exemple? Subventions accordées par de l'argent public, faut-il le rappeler? Et que dire des 8 milliards d'euros, toujours en fric public, (chiffres d'Arnaud Montebourg ministre du redressement productif) accordé à PSA au titre de la recherche et développement, secteur dans lequel on veut sabrer 1 800 postes?

  Et la République semble oublier les arriérés de dettes envers la Sécu des sociétés privées!!!

 

  Il y a aussi les marchés publics que passent avec PSA l'Etat, les entreprises publiques, les régions et les collectivités territoriales. Ne peut-on pas agir? Et ne pourrait pas t-on rétablir la taxe professionnelle (abolie par Sarkozy) envers les entreprises qui licencient malgré leurs revenus?

 

  Pour finir, surtout pour ne pas être trop long, la République de François Hollande a tout pouvoir pour nationaliser, totalement ou partiellement, une entreprise pour faire prévaloir l'intérêt national.

 

  Oui, ce sont des actes urgents en matière de défense de l'emploi que revendiquent aujourd'hui la France qui travaille, les salariés de PSA en particulier.

  Alors, chiche, messieurs Hollande, Arnaud Montebourg ou Claude Bartolone?

 

Signez la pétition!

http://cgt-psa-aulnay.fr/petition/non-la-casse-de-lusine-de-psa-aulnay

 

 

Commenter cet article