Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Un montagne de griefs peut être reprochée à Nicolas Sarkozy du temps qu'il occupait l'Elysée. Mais homme de droite, élu par la droite avec un programme de droite, il n'a pas varié d'un iota sa ligne politique, sinon pour filtrer avec la droite extrême. Mais en tout cas, avec endurance, il a été fidèle jusqu'au bout aux désirs de son électorat, surtout s'il était riche et du côté du MEDEF.

 

François Hollane à l'Elysée, on aurait pu croire à la même rigueur. Pas pour satisfaire les revendications de la gauche du PS, ce n'est jamais la tasse de thé de la social-démocratie au pouvoir. Mais de gouverner selon son programme rose pâle, pire au "centre" gauche. Et bien non, à peine élu, François Hollande gouverne carrément à droite, du côté des riches et du MEDEF, comme Nicolas Sarkozy.

Et dire que Moscovici, ministre des Finances, fait plus dans la finance internationale que pour le peuple de France, voilà le PS et les brosses à reluire qui sont légions dans les médias de crier à l'antisémitisme. Comme si tous les capitalistes étaient de confession israélite du très catholique Berlusconi au roi très intégriste musulman de l'Arabie saoudite.

 

Sans remonter à la guerre de 1914, où les socialistes s'allient avec la droite dans l'Union sacrée pour défendre le capitalisme gaulois, à la Guerre d'Algérie de Mollet et de Mitterrand pour les mêmes raisons, regardons en fin du 20e siècle:

Jacques Delors, responsable national PS aux affaires économiques internationales est nommé président de la Commission européenne de 1985 à 1994. Poste occupé aujourd'hui par Manuel Barrosso, lui de droite, mais qui bosse tout pareil que l'ami Jacquot pour la concurrence libre et non faussée.

Pascal Lamy, ancien dirigeant national du PS et directeur de cabinet de Delors, élabore avec ce dernier la directive européenne de 1988 sur la libéralisaton des mouvements de capitaux. Depuis Lamy est président de l'OMC, organisation mondiale du commerce.

Dominique Strauss-Kahn, dirigeant  national du PS, nommé boss du FMI par Nicolas Sarkozy en personne.

François Miterrand, (oui pas un perdreau de l'année et de la constance envers le capitalisme), qui fit voter en 1992 le traité de Maastricht.

Il y a aussi Henri Chavranski, directeur de l'OCDE de 1982 à 1994 et bien d'autres encore...

 

Berf, les sociaux-démocrates assument leur adhésion au capitalisme qui veulent soi-disant toujours humaniser.

François Hollande est aussi pour la mondialisation, que ce soit avec la crétienne-démocrate Angela Merkel ou une monarchie arabo-pétrolière islamiste.


Alors, qui est déçu de la posture actuelle de François Hollande à l'Elysée? Et qui pense qu'il va faire marche arrière vers un programme de progès social?

Pas ma pomme en tout cas.  

Trois affiches, mais je pourrais en sortir des tonnes:


Image

 

Commenter cet article