Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par le Mantois hier et aujourd'hui

     A la Une du Canard enchaîné de cette semaine, un titre alléchant sur deux colonnes: L'avis de château.

     Lecteur de ce journal, j'allais y lire l'une de ces histoires autour de ces palais, que la Révolution de 1789 (mais pas seulement) a gagné sur la monarchie absolue, et dans lesquels se complaisent, au dessus du peuple et de la démocratie, ceux régentant notre quotidien et notre avenir.

     Non, c'est du rapport de la commission d'enquête parlementaire sur les syndicats (tous les syndicats) dont il est question. Rapport parti au pilon faute d'une majorité de députés pour l'adopter. Et le Président de ladite commission de crier dans le Canard enchaîné à l'infamie. Jusqu'à preuve du contraire, Nicolas Perruchot adhère au Nouveau centre, de la majorité présidentielle qui détient un groupe au Parlement et des camarades au sein du Conseil des ministres. Une première question: pourquoi le Nouveau centre n'a-t-il pas avalisé ledit rapport de l'un de ses amis? Segundo, pourquoi I.B. (c'est celui qui signe l'article) du Canard ne l'a pas interrogé à ce sujet, ni (pour une information libre et non faussée) n'a sollicité l'ensemble des groupes politiques composant l'Assemblée nationale?

     Ceci dit, l'article parle de milliards d'euros filés par la collectivité, vous et moi, aux syndicats, quels qu'ils soient. Oui, l'Union locale CGT de la région mantaise reçoit effectivement des subventions de municipalités. Hélas pas de toutes (loin s'en faut) dépendant du Conseil de prud'hommes de Mantes-la-Jolie. Alors que tous les salariés, de n'importe quelle commune de l'arrondissement (et même d'ailleurs) sont reçus gratuitement aux permanences juridiques avec les mêmes droits et le même accueil. Et avec ces subventions, pas question d'aller chez Fauchon ou d'investir dans l'immobilier. Mais de défendre les dizaines et les dizaines de salariés en plein désarroi devant l'arbitraire patronal qui s'assied sur le Code du travail ou qui les a foutu dehors sans non plus aucun respect de leurs droits, encore moins de leur dignité. Je vous invite I.B. du Canard, les mardi et mercredi, à partir de 16h, dans les locaux de la CGT, sis 19 rue de la Vaucouleurs 78 711 Mantes-la-Ville. C'est perdu au fin fond du friche industrielle, sur l'ancien emplacement de l'usine la Cellophane, fleuron de cette pellicule dont la fabrication n'existe plus en France. Mais je m'égare. Venez donc et vous jugerez par vous-même de l'argent attribué par la collectivité.

    Certes, comme pour ne pas vous traiter de parti pris, votre article dézingue la FNSEA, les patrons de l'agriculture, ou l'UIMM, le patronat de la métallurgie du Medef. Mais c'est pour mieux tirer à boulets rouges sur les Comités d'entreprise, notamment ceux des grandes entreprises gérées par la CGT, (mais pas seulement, pour la SNCF ou la RATP-revoir vos fiches à ce sujet).

     Tiens en parlant de CE, pourquoi ne pas l'étendre à tous les salariés de notre pays, du privé comme du public? Pourquoi ne pas étendre ce droit découlant des ordonnance signées à la Libération et inscrites dans le programme du Conseil National de la Résistance, que la droite et le patronat s'emploient à détricoter. Ou alors d'avoir les mêmes avantages que les 81 salariés du Canard enchaîné, sans CE. Le journal Jeune Afrique fait état du livre paru en 2008 Le vrai canard, de Karl Laske et Laurent Valdigué, édité chez Stock.

     Si cela est vrai, je ne m'étonne plus alors, monsieur I.B., que vous ayez omis d'informer vos lecteurs du courrier adressé par Bernard Thibault, secrétaire génértal de la CGT, au Président de l'Asemblée nationale, afin que le rapport des députés sur le financement des syndicats soit rendu public.

canard.jpg

Commenter cet article

le Mantois hier et aujourd'hui 18/12/2011 19:57

j'adhère absolument à cet article qui mouche des journalistes qui n'ont de journalistes que le nom, je suis à la cgt et je connais les problèmes de trésorerie de mon syndicat surtout quand il y a
lutte contre tous ces patrons obnubilés par le fric et par la rentabilité de ce fric
honte au canard qui vit sur une réputation qu'il perd avec de tels articles
et bravo à coco rouge coeur