Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

 

        J'emprunte le titre et l'article à mon ami Canaille le Rouge (sur over-blog si vous souhaitez en savoir plus sur lui). Il vient de moucher Eric Woerth qui s'approche de plus en plus du balancier de la Justice. Et avec lui, peut-être d'autres également. Puisque j'y suis dans les potes de l'Elysée, le procureur Philippe Courroye mis en examen cette semaine pour "collecte illicite de données à caractère personnel par un moyen frauduleux, déloyal et illicite" et pour "violation du secret des correspondances", dans l'affaire des écoutes sur deux journalistes du Monde. Selon le JDD, le magistrat serait sorti "par le haut" du ministère de la Justice comme "ambassadeur en charge de la lutte contre le blanchiment". Sans rire. En tous les cas, le JDD ne rit pas en annonçant cette information.

 

         Et donc sur Eric Woerth:

      Et une de plus dans l'escarcelle des Dalton du pouvoir :

Les terrains "forestiers" et l’hippodrome de Compiègne cédés par l’ex-ministre du budget l’ont été pour moins du tiers de leur valeur. Selon "Médiapart", la mise en examen d’Eric Woerth devient presque inévitable. Le presque ressemble à une clause de style tant les faits sont juriquement balisés. Cela dit il y a le "vendeur" mais quid des "acheteurs" et leur liens avec le "premier cercle"

 

        Selon un rapport d'experts dont Mediapart révèle les conclusions samedi 21 janvier, Eric Woerth aurait bien bradé le terrain de l'hippodrome de Compiègne quand il était encore ministre du budget, en mars 2010. Les experts désignés par la Cour de justice de la République (CJR) début 2011 estiment que les 57 hectares de terrains valaient entre 8 et 10 millions d'euros quand ils ont été vendus pour 2,5 millions d'euros à la Société des courses de Compiègne.

http://images.charentelibre.fr/image/article/510x328/1048569_3636417.jpg


       Les trois experts (un géomètre, un spécialiste des questions forestières et un expert en évaluation de biens immobiliers) "critiquent également la cession de gré à gré des terrains, qui a empêché toute mise en concurrence", écrit Mediapart.

       Eric Woerth, qui a été entendu en mai 2011 par la Cour de justice de la République dans le cadre d'une enquête pour "prise illégale d'intérêts", a toujours nié avoir bradé ces terrains. Pourtant, selon l'hebdomadaire le Canard enchaîné en juillet 2011, des documents saisis lors d'une perquisition au ministère des finances indiquent qu'Eric Woerth aurait été alerté des risques que comportaient la vente de l'hippodrome de Compiègne.

       AVERTI DE LA SOUS-ÉVALUATION

       L'ancien ministre du budget nie également avoir eu connaissance d'une autre estimation, ce que le Canard enchaîné a là encore réfuté, documents à l'appui, en août. Des notes datant de juillet 2009 et mars 2010, rédigées par des fonctionnaires de France Domaine, qui dépend du ministère du budget, précisent notamment que "la valeur réelle de ces terrains est au moins dix fois supérieure à l'estimation". Eric Woerth aurait tranché sur le prix de la vente après d'intenses tractations au sein du ministère.

       Une lettre du directeur de cabinet de M. Woerth justifie la vente à Antoine Gilibert, président de la Société des courses de Compiègne (SCC), en expliquant que son annulation "provoquerait une forte réaction du sénateur-maire de Compiègne, qui soutient le projet". En l'occurence, il s'agit de Philippe Marini (UMP), dont Eric Woerth a dit qu'il n'était "jamais intervenu" auprès de ses services.

  Note de ma pomme: Philippe Marini est Président de la commission des finances au Sénat, assemblée désormais à gauche. Or, il a été élu à cette fonction grâce à un accord entre les groupes PS et UMP. Mais ceci, à mon avis, est une autre histoire (de bonnet).

Commenter cet article