Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par le-blog-de-roger-colombier.over-blog.com

     Aujourd'hui, ces réflexions de mon ami René Mouriaux, docteur en sciences politiques, chercheur et historien notamment spécialiste du syndicalisme:

     "La défaite des salariés face à la contre-réforme des retraites a laissé le mouvement social désarticulé et privé de perspectives. il n'y a pas eu jusqu'à présent de capacité syndicale ou politique d'indiquer un rebond. Aujourd'hui, il me semble que les seuls mouvements sociaux organisés se limitent à des niveaux sectoriels (enseignants par exemple). Il y a bien des conflits salariaux dans le secteur privé (métallurgie, etc...), mais il leur manque une revendication unificatrice. La CGT prône un smic à 1 700 euros brut, mais cela ne suffit pas à donner une perspective commune à tous les salariés. Pourtant, ces derniers doivent faire face aux phénomènes globaux que sont l'inflation, la flambée du prix de l'énergie, la baisse du pouvoir d'achat. Ce qui frappe, c'est le décalage entre un mécontentement généralisé, nourri de causes objectives, et l'absence de réponse coordonnée, qu'elle soit politique ou syndicale. Pendant le mouvement des retraites, il y a bien eu un slogan porteur: "Travailler moins, travailler mieux, travailler tous", qui abordait de front conditions de travail et chômage. Le problème est que ce manque de projets suffisamment articulé génère des frustrations. C'est ce qui explique la poussée du "nouveau" FN, qui attire les couches populaires avec un grand sens tactique. C'est l'un des rares partis à dire "les ouvriers", alors même que le Think tank Terra Nova recommande au PS de les abandonner au FN. Le Front de gauche n'utilise pas assez l'expression de "classe ouvrière". A trop s'écarter de l'analyse marxiste, on laisse le FN se présenter comme un parti social, ce qu'il n'a jamais été. Il faut s'en méfier. Heureusement, les syndicats ne restent pas inactifs. Le texte démontant l'argumentaire du FN publié par la CGT est une bonne chose. Il faut aller de l'avant."

 

Commenter cet article