Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par le-blog-de-roger-colombier.over-blog.com

     Une nouvelle page dans mon blog sur l'histoire sociale du Mantois: mai-juin 1968. Y lire la déclaration de la CGT, lorsque le traité de Rome (prélude à l'Europe des marchands) fut avalisé par la France en 1957.

     Aujourd'hui, cela continue de plus belle.

    Jean-Claude Trichet, un Français, chef de la Banque centrale européenne, vient de réclamer un ministre des finances pour l'Union européenne capitaliste et que cette dernière ait droit de veto dans les affaires internes des pays. On le voit, un Français à la tête d'une institution ne change pas la donne. Et le FMI, dirigé hier par qui vous savez et peut-être demain par l'une de nos concitoyennes, en est aussi l'illustration. Se draper derrière les couleurs de la Révolution française (et ceci ne vaut pas que pour l'extrême-droite) n'est qu'un leurre pour amener toujours notre peuple dans l'impasse.

     En matière d'impasse, depuis que le FMI et l'Union européenne ont imposé leur loi à l'Espagne, la Grèce ou le Portugal (avec l'accord des socialistes à la tête de ces pays), la jeunesse de ces pays en font les frais. Chômage des moins de 25 ans: Espagne, 29, 7% en 2008 et 44, 6% en 2010; Grèce 22, 4% en 2008 et 40, 4% en 2010; Portugal 16, 9% en 2008 et 21, 3% de nos jours.

    Dans notre pays, nos enfants, nos petits-enfants vont-ils être plus épargnés quand on décapite les moyens dans l'éducation nationale, avec le budget des sports ou de la jeunesse vraiment pas à la hauteur de la France de demain, lorsqu'on soumet les jeunes générations au chômage de masse et à la précarité, tout en supprimant des emplois dans ce qui relève des services publics?

     Hier, si l'on se rappelle l'histoire sociale de notre pays, EDF, GDF, France Telecom ou Renault étaient des entreprises nationalisées, créatrices d'emplois et de richesses pour notre pays. Aujourd'hui, elles sont privatisées et dans les plus grosses trésoreries du CAC 40 (GDF Suez: 14, 5 milliards d'euros, + 11, 3%; EDF: 13, 4 milliards d'euros, + 14, 4%; Renault 10, 5 milliards d'euros, + 43, 8%; France Telecom: 6, 8 milliards d'euros, + 29, 9%). Mais où vont leurs profits et quelle est leur politique en matière d'emplois, sinon des suppressions, la sous-traitance et les délocalisations?

     Etudier l'histoire et surtout la faire connaître, à la manière des Instituts CGT d'histoire sociale, n'a rien de passéiste, au contraire. Car, pendant qu'on l'oublie, on discutaille pour savoir qui pourrait remplacer l'actuel président de la république des riches, sans s'apercevoir que plus personne n'écoute, ou si peu.

     Pour ma part, il faut que la révolte prenne nécessairement le pas sur le constat ou l'indignation, même si celle-ci est un premier pas vers la contestation du système politique qui nous étrangle. Et vous, mes amis, qu'en pensez-vous?

 

Commenter cet article