Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

     énergie renouvelable

     Oui, vraiment, un air de liberté souffle sur la démocratie française, du moins si l'on en croit les zigotos de droite comme de gauche (et en étant poli) se félicitant que 500 maires (au moins) parrainent la fille Le Pen. Merci donc à ces 500 premiers magistrats municipaux pour leur bel esprit civique. En effet, il aurait été fort dommage qu'une formation si douce et si gentille (qu'est le Fn) ne puisse pas se présenter devant les citoyens. Enfin, comme les parrainages seront rendus publics, chacun pourra féliciter ces fins démocrates...

 

     Autre air vivifiant en provenance de l'hexagone: l'IFOP crédite le roi élu à l'Elysée de 28,5% des sondés et le candidat à la rose de 27%. Sensationnel, le match est relancé, s'enthousiasment les éditorialistes et les politologues (tiens, c'est un métier ça et à quel âge on prend sa retraite dans ce turbin-là?). Et puis, paf, un autre sondage de la SOFRES, qui contredit le premier. La balle au centre et on repart. Oui, voilà l'élection présidentielle pour certains: une manifestation sportive où le gagnant glanerait une coupe à poser sur une étagère. Pourvu que demain, avec d'autres sondages, ça recommence. Et peu importe le sort du peuple de France...

 

     Enfin, pour protéger ce joli monde contre toute pestilence extérieure, on va édifier un rempart sur la frontière Gréco-Turque. C'est Arno Klarsfeld qui l'a dit. En plus d'être un pote à Nicolas Sarkozy, il est aussi président du très officiel Office français de l'immigration et de l'intégration (c'est dire qu'il s'y entend en invasion étrangère). La poupée de porcelaine de Sèvres (Nathalie-Kosciusko-Morizet, porte-voix urbi et orbi du président-candidat) ne l'a pas démenti: "Il y a un problème sur cette frontière". Ah, le temps béni des châteaux-forts et du servage où chacun se sentait bien chez soi; les riches entre leurs murs fortifiés et les pauvres dans leur misère...

 

     Mon grand-père, un anar espagnol, combattit dans les rangs républicains contre les troupes de Franco et ses alliés hitlériens et mussoliniens, durant la guerre civile d'Espagne. En France, il fut dans la Résistance, puis se syndiqua à la CGT après la Libération. Il était ouvrier agricole. Et chaque fois que les forces de l'argent gagnaient sur l'espérance d'un monde meilleur, il ronchonnait dans son catalan originel: "Ah, si la chasse aux cons était ouverte, je n'aurais jamais assez de cartouches". Bon, c'était mon grand-père, il était anar et aussi étranger... Mais quand même, parfois... Non?

Commenter cet article

C
Bonjour Roger,

Il faut toujours écouter son grand-père, surtout quand il a les glorieux états de service que tu cites !!
Les oeufs ne tombent jamais bien loin du panier, heureusement pour nous !!

Et servons nous encore et encore de l'exemple de ces hommes et femmes exemplaires pour virer les pestes brunes et capitalistes !!
Amicalement

caroleone
Répondre
L


Merci de tout coeur pour lui.