Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

François Hollande connaît parfaitement les siens. Son trésorier, lors de sa campagne présidentielle, s'appelle Jean-Jacques Augier, un homme d'affaires (de gauche?), ancien énarque (pile poil comme François II et beaucoup d'autres dans sa cour) et donc ami de 30 ans du président de la République. Il fut donc le trésorier de campagne du candidat socialiste à la présidentielle de 2012.


Or, une enquêtre menée par la BBC, chaîne nationale made in england (qui enquête vraiment au contraire de nos chaînes publiques gauloises) a permis d'établir que le sieur Augier a constitué, avec d'autres actionnaires, en 2005, la société International Bookstores Limited.

Jusque là, rien d'anormal dans le petit monde de l'oligarchie finncière, même social-démocrate.
Or, cette société est établie sur les ïles Caïmans, paradis fiscal par excellence.
Jean-Jacques Augier, contacté par le Monde, jure que tout est légal. Ce qui est vrai dans le système capitaliste qui permet toujours tout aux riches et au patronat.

Hollande finance

C'est vrai aussi que Jean-Michel Augier fut dans le temps recruté par André Rousselet, ami intime de François Mitterrand, président de la République dit François 1er du PS. Il en repartira 13 ans plus tard, fortune faite avec un parachute doré de 11 millions d'euros. Depuis Jean-Jacques Augier a réalisé de multiples investissements en Chine.

De ce fait, comme aurait pu dire Jérôme Cahuzac, les bons comptes font aussi les bons amis.

 

Commenter cet article

Christophe 04/04/2013 15:13

Vu hier soir à la TV le chiffre d'affaires de Cahuzac consulting (du temps ou il oeuvrait pour les labos) qui passe de presque 1.8Millions/an à néant en quelques années, dégringolade qui alimente
les doutes sur une possible évasion fiscale.
Cela n'englobe pas ses revenus de chirurgien, ni d'élu cumulés.

Une question me taraude, pourquoi un mec pété de tunes se casse t'il le cul à faire de la politique, qui rapporte bien moins si ce n'est des emmerdes.

Car au fond, s'il n'avait pas été ministre ou élu, il pouvait pendant des années continuer à frauder sans crainte et vivre de ses rentes... à part si la politique lui permettait de passer entre les
mailles du filet.
Dans ce cas d'autres devaient savoir et en croquaient sans dote avec lui.