Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

     Dernièrement, je vous ai informés* de la fortune personnelle de Mohammed Vi roi du Maroc, de sa position prédominante dans les affaires juteuses de son pays, comme des liens privilégiés d'entreprises et de particuliers gaulois à l'aise dans ce paradis fiscal. Un livre vient de sortir, écrit par Catherine Graciet et Eric Laurent, paru au Seuil. Le journal Le Monde en fait le résumé ci-dessous

     Cet ouvrage est à mettre en parallèle avec la répression exercée par la monarchie marocaine contre ses opposants. Je ne parle pas là de ceux qui se sont institutionnalisés ainsi et qui siègent au Parlement ou au gouvernement sans jamais remettre en cause la royauté de droit divin étouffant le pays.

      L'Humanité met en ligne la lettre émouvante d'Ezedine Erroussi, jeune étudiant actuellement en grève de la faim, incarcéré à la terrible prison de Taza (numéro d'écrou 7000096) pour avoir souhaité de meilleures études. Allez la lire sur humanité.fr. Il y a des silences complices en France (et pas seulement du côté de l'Elysée et du patronat français) sur la réalité que vit le peuple marocain.

 

  *: mon article "Nos chers amis Abdallah et Mohammed" paru le 9 mars 2012.

 

 

 

Couverture de l'ouvrage de Catherine Graciet et Eric Laurent, "Le Roi prédateur" (Seuil).

Couverture de l'ouvrage de Catherine Graciet et Eric Laurent, "Le Roi prédateur" (Seuil).SEUIL


  Page après page, les auteurs décrivent un souverain allié de la France devenu "le premier banquier, le premier assureur, le premier agriculteur" de son pays, et un homme d'affaires de premier plan dans "l'agroalimentaire, l'immobilier, la grande distribution, l'énergie, les télécoms"... Un roi "Midas", écrivent-ils, classé au 7e rang en 2009 des monarques les plus riches par le magazine américain Forbes, et dont la fortune aurait doublé en cinq ans. Celui qui s'était vu attribuer l'étiquette de "roi des pauvres" lorsqu'il succéda à son père, Hassan II, en 1999, n'a plus rien à voir avec le roi des affaires dont il est question ici.

  Prédation économique.

  A travers les holdings royales, les prises de participation dans des domaines aussi variés que le sucre, le foncier, les terres agricoles, le BTP, l'électricité ou même la culture, c'est une véritable mise en coupe réglée de l'économie marocaine que dénoncent les deux journalistes. Tout ou presque, affirment-ils, remonte aux caisses royales. Au point que le Maroc constitue à leurs yeux "un cas unique".

  "La plupart des dirigeants pillent leur pays en confisquant à leur peuple les richesses. Au Maroc, c'est le peuple qui, chaque jour que Dieu fait, enrichit le roi en achetant les produits de ses entreprises", assurent Catherine Graciet (coauteur de La Régente de Carthage- La Découverte, 2009), qui dénonça l'emprise mafieuse de Leila Trabelsi l'épouse de l'ex-président Ben Ali de Tunisie et Eric Laurent (auteur de nombreux ouvrages, dont La Mémoire d'un roi - Plon, 1993 -, tiré de ses entretiens avec Hassan II). Dernier "Eldorado" en date : le développement des énergies renouvelables, avec la création de la dernière-née des entreprises royales, Nareva, déjà dotée d'importants contrats dans le domaine éolien. Mais muette quant à ses objectifs.

  Deux hommes, proches de Mohammed VI, sont particulièrement visés par ce brûlot : Mounir Majid, secrétaire particulier du roi et grand argentier du palais, et Fouad Ali El Himma, ministre délégué à l'intérieur de 1999 à 2007. Les deux hommes, rivaux, sont toujours décrits à la manoeuvre pour imposer, souvent de façon brutale, les vues du palais dans le domaine des affaires comme dans celui de la sécurité. Lors des manifestations du Mouvement du 20 février, qui réclame à intervalles réguliers dans les rues de villes marocaines plus de justice sociale et la fin de la corruption, leurs noms seront systématiquement dénoncés.

  A travers ces deux personnages, qui ont connu le roi dans sa jeunesse, l'un par le truchement d'un cousin, l'autre en partageant la même formation au Collège royal, les intrigues de cour, les nominations et les disgrâces peuplent l'univers royal et le docile Makhzen, selon cette expression typique qui désigne les institutions marocaines. Malheur à ceux qui tentent de s'opposer ! Ceux-là se voient écartés sans ménagement, étranglés financièrement et parfois condamnés à de lourdes peines de prison comme en témoigne Khalid Oudgiri ancien patron de la puissante banque Attijariwafa Bank, déchu, humilié et pour finir condamné par contumace - il vit en France - à vingt ans de prison.  L'homme livre ici les pressions, témoignages à charge et accusations extorquées dont il fut l'objet. Tous ses biens, au Maroc, seront saisis.

  Certes, le réquisitoire de ce livre est brut, les témoignages souvent anonymes, et les faits parfois approximatifs faute d'accès direct aux sources. Mais l'ampleur de la prédation économique ainsi décrite, dans un pays où 15 % de la population vit au-dessous du seuil de pauvreté fixé à 2 dollars par jour, ne peut que choquer.

Commenter cet article

Jawad TOUHAMI 02/04/2012 13:36

Ayant travaillé pendant plus d’une décennie dans le domaine de la distribution du livre et des journaux au Maroc et à l’étranger, nous avons appris à comprendre comment on peut s’enrichir en
sortant un livre ou un journal qui va à contre courent des choses. La meilleure façon de vendre un journal ou un livre est donc de critiquer à tort et à travers une personnalité ou une situation
avec ou sans preuve apparente en essayant d’inculquer au lecteur ce qu’il veut lire et non pas ce qui existe réellement et qu’on doit écrire.
Déjà, à la lecture de l’intitulé : « Le Roi Prédateur », on voit que c’est un titre accrocheur, offensif, plein de provocation, et c’est exactement les qualificatifs qu’il faut pour attirer
l’attention du lecteur. Donc les auteurs ont bien choisi le titre de leur ouvrage.
Nos co-auteurs : Catherine Graciet, a tra¬vaillé à Casa¬blanca pendant une année au sein de la rédaction du journal d’extrême gauche « Le Journal hebdomadaire » dont l'aventure s'est achevée le 25
janvier 2010 , suite à une décision judiciaire du tribunal de commerce de Casablanca en raison de dettes très importantes accumulées par ses deux maisons éditrices successivesà la CNSS : Media
Trust, puis Trimedia. Ce journal n’a pas donc été fermé par les autorités comme le déclarent les auteurs en préface de leur ouvrage, premier mensonge donc à noter.
L’autre, Éric Laurent, a rencontré à de nom¬breuses reprises en tête à tête Hassan II, en vue de réaliser un livre d’entretiens avec lui intitulé « La Mémoire d’un roi » paru en 1993. Monsieur
Laurent ne nous a pas éclairé sur le montant qu’il a reçu de feu Hassan II pour avoir écrit ce livre, et par conséquent on peut dire que Monsieur Laurent n’a rien d’un journaliste engagé pour la
bonne cause comme il semble nous le montrer, mais quelqu’un qui vend sa plume au prix fort. Alors qu’il est en train de palabrer dans son «Roi prédateur » sur la richesse légale d’un roi, alors que
lui cherche à s’enrichir d’abord en travaillant avec Hassan II comme scribe puis en essayant d’écrire des best seller pleins de mensonges.
D’ailleurs, Monsieur Laurent, nous a habitué à avaler ses mensonges, et malheureusement aucun autre journaliste n’a osé mettre à jours ses bavures. Dans son ouvrage « La Face cachée du Pétrole »
paru chez Plon en février 2006, il déclare : « L’Arabie Saoudite, premier producteur mondial sur lequel nous comptons pour assurer le maintien de nos approvisionnements, a ses gisements qui
arrivent à terme. C’est le secret d’Etat le plus soigneusement gardé. Ce pays qui prétend avoir encore 30 ou 40 années de réserves n’en a plus en vérité que 3 ou 4 ». Ces déclarations datent de
2006, donc d’après lui en 2009 ou 2010 l’Arabie Saoudite n’aura plus de pétrole à vendre puisque tout ses puits seront desséchés. Monsieur Laurent, nous sommes en 2012 et vous voyez bien que
L’Arabie Saoudite a encore beaucoup de pétrole qu’elle est en train de vous vendre.

Le Mantois et Partout ailleurs 02/04/2012 15:51



Bonjour à vous.


Ma réponse à votre long commentaire se trouve sur un article, en date du 2 avril 2012, que j'ai intitulé M. Jawad Touhami n'aime pas.