Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

   S'il savait chanter, c'est peut-être ça que Christian Bouchet, candidat estampillé brun marine contre le premier ministre socialiste à Nantes, pourrait dire pour se faire connaître des électeurs.

   La fille de son père-nous voilà l'avait pourtant renié en juin 2011. Dans un interview à 90Fm, radio israélienne (oui c'est bizarre), elle avait déclaré: "Monsieur Bouchet n’est en aucun cas un de mes plus proches collaborateurs [...]. [Je l’ai] croisé deux fois dans ma vie lors d’une conférence de presse. " Et en octobre de la même année, son stratège en chef, Florian Philippot confirmais que ledit Bouchet était rayé des cadres. Bref, le Fn avait lavé plus blanc que blanc et le caïd en second de la Loire-atlantique pour la droite extrême n'était plus rien. Fini l'admirateur de Poutine, du président iranien, de la Syrie, lui l'anti-juif...

 

   Or, le revoilà pour les législatives, il se présente contre Jean-Marc Ayrault. Il collabore à Nation presse magazine, la feuille de Louis Alliot, numéro 2 du Fn et compagnon de la fille de son président d'honneur. Mais revenons à celui que JeanMarine ne voulait plus voir. Certes Bouchet n'est plus l'adjoint au chef départemental du Fn. Or, durant la présidentielle, il était le porte-parole de son parti et il en reste secrétaire des affaires administratives. Contactés par Rue89, Alliot et Philippot, du premier cercle de JeanMarine Le Pen n'ont pas répondu, sur ce candidat qui pue le souffre, qu'on ne saurait plus voir et qui pourtant représente toujours le Fn.

 

   Oui, il n'a pas changé Christian Bouchet, toujours admirateur du pays des mollahs: "une société moderne, comme Paris ou Londres où les femmes, à peine voilées, ont un charme adorable et sortent entre copines". L'été dernier, il a visité la Syrie et dit d'elle: "C’était très calme et sans commune mesure avec ce qui était raconté par les médias. Les journalistes décrivaient une situation catastrophique sans être sur place. Il était pourtant facile d’entrer dans le pays." Lors de ce voyage d'agrément, son fiston (mais bon sang ne saurait mentir), l'un des chefs du Fn de la jeunesse, s'est fait photographier à côté d'un portrait du dictateur syrien, une image qui circule sur le web.

 

   Bref, Christian Bouchet est toujours là et n'a pas changé d'un poil. De toutes les façons, pourquoi changerait-il? Le président d'honneur du Fn, lors d'un meeting de sa fifille, a déclamé des vers de Brasillach à la tribune, cet écrivain français fusillé à la Libération pour entente avec les nazis et Pétain. 

 

   Tiens un cliché intéressant entre deux personnages, dont l'une dit qu'elle ne connaît pas son voisin. Un extrait d'une feuille ultra catholique datée du 29 novembre 2010:

 

 

"Nous publions ici un édito de Christian Bouchet, paru sur le site Voxnr il y a quelques jours à propos de son engagement pour Marine Le Pen et son espoir de voir voir émerger un grand parti politique de résistance nationale.

Je n’ai jamais caché, depuis la fin de l’année 2002, l’espérance que je caressais de voir un jour Marine Le Pen et ses amis accéder à la direction du Front national et en faire une organisation politique rénovée qui puisse se poser en challenger crédible des partis du Système."

 

  Oui, la couleur brun marine va si bien à certains...

Commenter cet article