Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par le Mantois hier et aujourd'hui

     Encore des sacrifices, a-t-il dit à la télé, dans son nouveau costume de sauveur de l'euro endossé pour nous faire avaler des potions plus amères. Mais pas de hausse d'impôt, rajoute-t-il aussitôt, fidèle à son dogme mensonger, lui qui épargne toujours les riches. Car Nicolas Sarkozy oublie de parler des 31 taxes de toutes sortes inventées par le palais de l'Elysée, certaines dans l'urgence pour les dernières. Toutes abaissent le pouvoir d'achat des populations qui ne parviennent pas à boucler leurs fins de mois.

     Aussi, les "6 à 8 milliards d'euros d'économies", qui vont aggraver la sauce déjà indigeste, promis dans les jours à venir par le locataire de l'Elysée, ont de quoi inquiéter sérieusement. Quelles vont être ces nouvelles mesures d'austérité? Silence radio de Nicolas Sarkozy et des deux journalistes présents qui n'en ont pas demandé plus. C'est peut-être aussi cela l'information libre et non faussée.

     En  tous les cas, quelques morceaux choisis du président des riches:

     "Plutôt de s'énerver contre les agences de notation, travaillons plus et travaillons mieux et il n'y aura plus d'agences de notations". Celles-ci sont mortes de rire à cette élucubration.

     "La Banque de France aura pouvoir de sanction et de contrôle des banques recapitalisées". Là, ce sont les banques privées françaises qui s'étranglent de rire, surtout leurs patrons qui ont augmenté leurs revenus de 40% en un an.

     La dernière pour la route: "J'ai toujours été sceptique sur la séparation des banques de dépôt (pour les particuliers) et des banques d'affaires (celles des affairistes et de la spéculation". Là, c'est l'ancien avocat d'affaires qui parle et qui est toujours associé  à un cabinet d'avocats d'affaires.

 

     Bref, il n'est rien sorti de bon de ce discours et de ce énième sommet de la dernière chance. (Mince encore une occasion ratée de moraliser le méchant capitaliste). Chacun s'en apercevra, dès que les nouvelles mesures d'austérité plomberont son existence en novembre de cette année.

Commenter cet article