Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste, a propos de l'éviction de la faucille et du marteau des cartes et timbres des adhérents, a déclaré tout de go dans sa conférence de presse, lors du 36e congrès du parti, ceci:"Vous savez la faucille et le marteau n’existaient pas en 1920... ni en 1921... ni en 1922... ni en 1923 etc... Pareillement sur l’Humanité qui, même étant devenu un journal communiste, n’affichait pas la faucille et le marteau durant cette époque là. Nous devons savoir vivre avec notre temps et ainsi incarner l’avenir du Front de Gauche avec un communisme de nouvelle génération." 

 

André Narristens, dirigeant de l'Institut CGT d'histoire sociale et auteur de nombreux ouvrages reconnus à ce sujet, a écrit  une étude sur l'histoire des outils et leur lien avec le mouvement révolutionnaire français. Certes, cela remonte au 25 février 1999, mais la vérité historique qu'elle contient aurait pu faire tourner une langue deux fois, au lieu de sortir un pur mensonge. Par rapport à la faucille et au marteau, un extrait de cette publication: "En France, la reprise de la symbolique soviétique est rapide. Le terreau culturel français en matière de symboles se révèle, en effet, ainsi qu’on l’a vu, propice. En 1921, les timbres de cotisation du jeune Parti communiste portent en emblème la République rouge, mais dès 1922 la faucille et le marteau font leur apparition.

A partir du 4 octobre 1924, L’Humanité, organe du Parti, installe un emblème, très proche alors de celui de la RSFSR*, à la droite du titre. Après quelques jours d’hésitation, on lui trouve une place définitive entre le L et le H (24 octobre 1924), puis derrière le M (16 mars 1926). En même temps on le simplifie, on l’épure, pour finalement ne mettre en valeur que les deux instruments de travail".

RSFSR*: République Socialiste Fédérative Soviétique de Russie (note de ma pomme).

 

Canaille le Rouge, dans son blog remet les pendules à l'heure avec sa manière franche. Le lire ici:link .

Et pour remettre, selon lui, l'histoire et la vérité à leur place, il part de la Commune de Paris et de l'Internationale. Extraits:

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/ce/L%27Internationale.jpg/220px-L%27Internationale.jpg

Ouvriers paysans, nous sommes 
Le grand Parti des travailleurs
La terre n’appartient qu’aux hommes
L’oisif ira loger ailleurs
Combien de nos chairs se repaissent 
Mais si les corbeaux les vautours 
Un de ces matins disparaissent
Le soleil brillera toujours

 

 

 

Ces paroles sont celles de l'Internationale écrite en France en juin 1871, durant les fusillades dans les casernes des Versaillais et du capital, par Eugène Pottier.


Eugène Pottier est à l'origine de la création de la chambre syndicale des dessinateurs, qui adhère ensuite à la Première Internationale.

 

Membre de la garde nationale, il participe aux combats durant le siège de Paris de 1870, puis il prend une part active à la Commune de Paris, dont il est élu membre pour le 2e arrondissement. Il siège à la commission des Services publics. Il participe aux combats de la Semaine sanglante. En juin 1871, caché dans Paris, il compose son poème L'Internationale 

 

En 1883,un jeune professeur guesdiste, Charles Gros, lui-même poète, remarque le texte et le communique à la section lilloise du parti ouvrier.

 

Le maire de Lille (SFIO, parti socialiste de l'époque) demande à Pierre Degeyter, autre lillois de le mettre en musique. Il faudra attendre 1888 pour que Pierre Degyeter lui offre son actuelle musique pour se substituer à la Marseillaise qui lui fit son premier écrin (essayez vous verrez comment ça fonctionne bien).

 

Notez, "Ouvriers paysans nous sommes, le grand parti des travailleurs".

"Si le P"c"F était communiste, c'est à ces racines-là qu'il le doit", écrit Canaille le Rouge.


 

Note de ma pomme: En attendant, comme si on avait égaré sa boussole, le groupe GDR (gauche démocrate et républicain) à l'Assemblée nationale (7 PCF, 2 Fase, 1Dvg, 5 ultramarins, soit 15 membres, minimum pour former un groupe) dirigé par le communiste André Chassaigne, n'a pas montré son unanimité dans le vote pour le mariage pour tous: Patrice Carvalho, député coco de l'Oise a voté contre et les 5 députés ultamarins n'ont pas plus approuvé le texte de loi... Le groupe GDR, un groupe fait de bric et de broc?
Et à tout hasard, un tract du parti communiste clandestin sous l'Occupation en 1941:

 

resistance-communiste1941

Et l'Internationale chantée avant 1920:

Commenter cet article

C
Bonjour Roger,

Merci pour ces éclaircissements nécessaires
On sait bien que l'on a raison ou du moins que l'on a pas tort et ceux qui veulent faire taire les militants honnêtes sous prétexte une fois encore de légitimité donnée par le congrès n'auront de
cesse d'avoir des épines dans leur chaussure tout au long du chemin parsemé de trahisons dans lequel ils s'engagent.

Amitiés bien rouges

caroleone
Répondre
C
Et que dire de l'intergroupe parlementaire à propos de l'intergroupe "parlement-citoyens". Cela commence à faire plus que beaucoup ces coup de canifs non pas avec la mémoire mais avec la
morale.

http://canaille-le-rouge.over-blog.com/article-faut-il-commenter-la-peste-commence-comme-cela-115231357.html
Répondre