Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

La colère des mineurs sud-africains

La crise sociale, qui secoue les mines sud-africaines, s'est étendue encore et touche le numéro un mondial du platine Anglo American Platinum (Amplats). Des milliers d'employés convergent ce jeudi matin pour un meeting dans un stade. Les employés ont déjà annoncé le gel de toutes les activités.

La mine de platine de la région de Rustenburg, dans le nord du pays reste silencieuse. Les grilles des puits sont fermées depuis mercredi, gardées par des vigiles. "On est contents, c'est ce qu'on voulait", a assuré à l'AFP l'un des mineurs, Victor Mogale, 46 ans. "Ca nous va bien", renchérissait son collègue Thebe Maswave, 36 ans, "la mine peut fermer. Quand ils ouvriront de nouveau, ils sauront combien il faut nous payer. Pour le moment ils ne savent pas. Ils pensent qu'on s'amusent quand on est au fond de la mine". "Nous voulons une augmentation, une vie meilleure. Entre 10.000 et 12.000 rands" (920 à 1.100 euros) par mois. Il affirme gagner actuellement 7.000 rands, avantages compris.
"Nous sommes en grève pour de l'argent", renchérit une chef d'équipe. "Nous demandons 14.500" rands (1.350 euros) par mois, a-t-elle dit, précisant n'en gagner que 5.500 rands net.

C’est avec des revendications comparables qu’avait commencé la grève à Marika, qui a lancé le mouvement. Pour étendre le mouvement dans les mines d’Amplats, une troupe d'environ 1.500 manifestants se déplaçait hier de puits en puits pour appeler les mineurs à cesser le travail. Ce jeudi matin, ils convergent par milliers, à pied ou en minibus, parfois armés de bâtons ou d'armes traditionnelles, vers un stade situé sur le territoire de la mine. Aux abords du stade, un petit groupe chante en zoulou: "Nous souffrons, mais personne ne nous écoute!"

 

Source: L'humanité.fr

Commenter cet article