Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Pour ceux qui ne le connaissent pas, Michel Rocard n'est pas un perdreau de l'année dans la volière du PS. Il s'est encarté à 19 ans et est né en 1930. Il dirigea même ce parti, après avoir été premier ministre de François Mitterrand et plusieurs fois ministres du même. Lorsqu'il crécha à Matignon, il instaura la CSG en 1990, cet impôt injuste qui rapporte au trésor public le double que celui sur les revenus. En 1991, il fut l'auteur du Livre blanc sur les retraites qui soulignait la nécessité de réformer le système hérité du Conseil National de la Résistance, ouvrant ainsi la voie aux dispositions prises par la droite au pouvoir. C'est peut-être pour le remercier que Nicolas Sarkozy fit de Rocard, le 14 mai 2009, ambassadeur de France chargé des négociations internationales relatives aux pôles Artique et Antartique.

 

Et, dans la droite ligne des sociaux-démocrates qui gouvernent des états, entre un pingouin et un iceberg, le voilà qui reparle de la retraite. Comme quoi, malgré son âge, sa mémoire à la matière reste parfaite. Celle qu'apprécie le MEDEF, l'Elysée socialiste et sa cour de syndicats prêts à signer n'importe quel papelard pour glaner ce que l'on accroche au revers de sa veste. Bref, pour la retraite, Michel Rocard vient de déclarer: "on peut aller jusqu’à 65 ans. C’est vivement souhaitable, à tous points de vue. Il y a une mortalité forte juste après 60 ans car le travail maintient en forme. Et travailler plus longtemps résoudrait le sous-emploi des seniors. Ce serait un apport considérable" . 

Et sans âge légal fixé par la loi, puisque c'est thérapeutique selon le bon docteur Rocard. Et avec un nombre de cotisations fixé par la "sagesse des partenaires sociaux". Les mêmes qui ont signé le détricotage des droits du travail, docteur?

 

En somme, la retraite pour les morts, contre laquelle la CGT s'insurgeait en 1905.

Bon, Michel Sapin, notre ministre du chômage, ne veut pas contredire son pote du parti à la rose. Ne vient-il pas de déclarer, dimanche sur Radio J, la France, "c'est un Etat totalement en faillite... C'est la raison par laquelle il a fallu mettre en place des programmes de réduction des déficits et aucune sirène ne doit nous détourner de cet objectif".

Tout cela ne sent-il pas le sapin (sans mauvais jeu de mot) pour les retraites?

 

Allez, zou, un florilège pour illustrer cette ordonnance:

 


retraite 3retraite 4



retraite 5



retraite 7retraite 8



retraite 9retraite 10


Commenter cet article