Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Le 6 avril 2012, le MNLA, mouvement Touareg "laïque", après avoir balayé l'armée du gouvernement de Bamako, avait déclaré l'indépendance de la partie Nord du Mali. Cette région, l'Azawad, est peuplé de Touaregs et de tribus arabes, populations marginalisées par les tenants du pouvoir à Bamako depuis l'indépendance du Mali en 1960.

En proclamant l'indépendance, le MNLA croyait l'affaire conclue et avait décrété la fin des opérations militaires. Mais débordé par son allié Ansar ed-Dine (mouvement Touareg islamiste) qui s'était acoquiné avec le fascisme vert sévissant dans le Sahel, le MNLA a été repoussé tout au nord.

Là, il vient de tenir congrès et se rendra lundi à Ouagadougou pour rencontrer le président du Burkina-Fasso, médiateur des états africains de l'Ouest dans ce conflit. Son objectif: aider militairement l'armée française contre les djihadistes et ne plus déclarer d'indépendance, mais un statut d'autonomie pour l'Azawad dans le cadre d'un Mali fédéral.

 

Surtout, le MNLA prévient: "Pas de soldats maliens ni de forces de la CEDEAO dans l'Azawad". L'un de ses responsables déclare: "Si vous laissez s'introduire l'armée malienne, je peux vous garantir que la première victime sera un berger touareg ou arabe plutôt qu'un djihadiste. Les populations civiles sont menacées, c'est un génocide qui se prépare et la France dira qu'elle ne savait pas, comme au Rwanda!" Et de citer aussi les milices songhaïs et peuls (ethnies noires de l'Azawad) que Bamako forme à cet effet.

L'Ong, Human Rights Watch, a annoncé samedi avoir des informations crédibles sur de graves exactions, dont des meurtres, commises par les forces de sécurité maliennes à l'encontre de civils dans la localité de Niono, dans le centre du pays."Nous invitons instamment les autorités maliennes, tout comme les soldats et les autorités françaises et ouest-africaines, à faire le maximum pour garantir la protection de tous les civils", a fait-elle savoir.

Ni le ministre français de la Guerre, ni l'armée malienne n'ont encore réagi à ces informations.

 

carte publiée dans Libération du 14 janvier 2013

 

Sources: Le Monde-Slate Afrique.

 

Prochain article du blog: Le gros gâteau africain...

Commenter cet article