Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

  Thomas Legrand, éditorialiste et responsable des pages politiques, n'a pas aimé l'arrivée d'Audrey Pulvar, la compagne du ministre du Redressement productif, à la direction du magazine. Il vient de quitter Les Inrockuptibles.

 

   «Je crois qu'il ne peut plus y avoir de traitement crédible de la politique aux Inrocks» a-t-il déclaré à Télérama, ajoutant qu’il y a «un gros malaise» au service politique.

   «Je ne crains pas la censure, ni les relectures orientées. Je sais qu'elle me laisserait libre», a précisé l’éditorialiste qui insiste avant tout sur la crédibilité que perd selon lui le journal: «On ne peut plus être lu pour ce qu'on écrit. Tout sera forcément interprété!»

   «Le journalisme politique, c'est avant tout une lutte contre la communication politique, un contre-pouvoir non institutionnel. Un journal traitant de politique ne peut pas être dirigé par quelqu'un d'aussi impliqué personnellement dans la vie politique du pays», a-t-il encore expliqué à Télérama.

 

   Dans le numéro de cette semaine, Thomas Legrand signe un éditorial "très anti-Montebourg", écrit avant l’arrivée d’Audrey Pulvar au sein de l’hebdomadaire. «C’est un hasard, mais vous voyez bien comment ça va être lu», déclare-t-il. Le journaliste évoque une enquête récente sur le PS dans le Nord-Pas de Calais, estimant qu’il ne pourrait plus «l’écrire de la même façon».  

  Interviewée par l’AFP lundi 16 juillet, Audrey Pulvar a déclaré que l’hebdomadaire ne serait ni «une annexe, ni une chambre d'écoute, ni un organe du Parti socialiste».

 

   Note de ma pomme: Bon, peut-être un prêté pour un rendu. Depuis 2009, le magazine est présidé par Matthieu Pigasse, homme d'affaires proche du Ps qui est passé par les cabinets ministériels socialistes de Dominique Strauss-Kahn et de Laurent Fabius. David Kessler, lui directeur général dudit magazine, vient de quitter le magazine pour être le conseiller "culturel et communication" de François Hollande à l'Elysée.

Commenter cet article