Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

 
  cgt.png
 
Depuis le 5 juillet, les aides-soignantes et les aides-hospitalières de cette maison de retraite, salariés du groupe orpéa ont lancé un mouvement de grève. Elles dénoncent une organisation inadaptée aux besoins des résidents, qui ne permet pas aux personnels de faire respecter les règles essentielles de leur métier, à savoir le respect de la dignité, de l'hygiène et de la sécurité des résidents.
I

Après la mise en place d’un nouveau planning, rendant impossible une prise en charge décente des patients, les personnels, via leurs représentants CGT, ont alerté la direction pour que cette situation soit revue.

N’obtenant pas de réponse, les salariés se sont vus contraints de se mettre en grève. L’inspection du travail a été saisie pour une médiation, des rencontres ont eu lieu à l’Agence régionale de santé et à la Sous-Préfecture de Sarlat. En dépit des interventions de l’ARS et de l’inspection du travail, disponibles pour une médiation, Orpea campe sur ses positions et joue le pourrissement du conflit en exigeant que les grévistes reprennent le travail avant l’ouverture de toute négociation ; en faisant rentrer des personnels du groupe extérieurs à l’établissement pour casser le mouvement de grève ; en faisant pression sur les grévistes, notamment en leur interdisant l’accès aux toilettes ; en faisant contrôler la présence des grévistes par huissier de justice quotidiennement....

Les revendications des salariées sont d’autant plus justifiées que l’entreprise affiche une belle profitabilité. C’est ainsi que le 19 juin sur le site Boursier.com, le Docteur Jean Claude Marian, président d’Orpea, a estimé être "particulièrement confiant dans l’atteinte de l’objectif d’un chiffre d’affaires annuel de 1234 millions d’euros, soit une croissance de 15,5%. La progression soutenue de l’activité au 1er semestre (+15,2%) conforte encore plus cet objectif." 

 

Lettre ouverte des indignées des « 4 saisons », maison de retraite de Terrasson, le 26 juillet 2012, adressée à M. Wagner DRH national d'ORPEA.

Monsieur,

22 jours de grève assidue dans l’un de vos nombreux EHPAD.
22 jours d’ignorance, de mépris, d'arrogance de votre part.
22 jours de non-respect de l’article 8 du préambule de la constitution de 1946,qui stipule que : « tout travailleur participe par l’intermédiaire de ses déléguées à la détermination collective de ses conditions de travail ».
22 jours et combien encore ?
Êtes-vous prêt à mettre votre personnel en danger grave pour sauver votre principe de non négociation ?
Êtes-vous conscient que votre personnel est sous votre responsabilité première ?
Êtes-vous réellement capable de porter la responsabilité d’engager la santé de vos salariés ?
22 jours, Monsieur Wagner, que vous écrasez votre gagne-pain, vos petites mains. En nous méprisant, vous ne gagnez pas de la hauteur.
Comptez à ce jour que 3 d’entre-nous engage une grève de la faim, et que cette action prendra fin dès l’instant ou vous, Monsieur, ou l’un de vos représentants, s’associera avec nous à la table des négociations.
Il est regrettable que ce soit sur le piquet de grève que l’on se sente le plus en sécurité.


Lettre signée : AS et ASH de l’EHPAD des 4 Saisons, indignées par votre attitude

 

Commenter cet article