Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par le Mantois hier et aujourd'hui

     Même Nicolas Sarkozy, le président des riches, s'y met: voilà la potion magique pour dynamiser l'emploi en France et relocaliser les industries enfuies ailleurs pour s'assurer un meilleur profit (Ne l'oublions pas).

     Or, s'engager à cor et à cris pour le made in France, sans vouloir détruire les dogmes financiers sacralisés par Bruxelles et le cartel de la finance internationale, n'est pas un voeu pieu, mais un mensonge éhonté. Ce chiffon agité, à la veille d'élections politiques majeures pour le destin de notre pays, comme le ferait un bateleur de foire, berne  les citoyens. Même si se trémousse derrière un large éventail politique, du parti à la rose au mouvement des Le Pen et consorts.

     En effet, lequel, parmi ces défenseurs de la préférence nationale, veut remettre en cause la dictature du fric roi? Qui désire détruire les traités européens instituant la concurrence libre et non faussée? Souhaitent-ils re-nationaliser des entreprises pour les rendre au service exclusif de la nation? Vont-ils  taxer aux frontières de l'Europe toute marchandise produite ailleurs au détriment de l'environnement et de la dignité humaine? Vont-ils augmenter le nombre des douaniers, au lieu de poursuivre le dégraissage des fonctionnaires du ministère des Finances? N'auront-ils plus jamais langue avec de grandes fortunes, qu'elles soient d'ici ou d'autre part? Et à quelle date, qui, parmi eux, compte remettre en cause le FMI et l'OMC, cerbères des marchés financiers et de la spéculation internationale?

     Et que pensent, de ce made in France, nos deux concitoyens français? Celle qui dirige le FMI, amie de l'Elysée et celui régentant l'OMC, camarade de François Hollande et donc de l'Internationale socialiste au gouvernement en Grèce avec la droite et l'extrême-droite?

 

     Non, acheter français, sans la remise en cause du capitalisme, c'est simplement culpabiliser les consommateurs de notre pays étranglés par la crise: les chômeurs, les précaires, les smicards et les temps partiels forcés, ceux qui survivent avec un minima social ou une petite retraite. C'est culpabiliser l'ensemble du peuple de France, devant la flambée des prix et des taxes en tout genre. Qui se risquera à refuser sans cesse un produit made in étranger dans les rayons du discount ou du supermarché de grande marque?

 

     Et puis, j'ai encore en mémoire le souvenir amer de la fermeture de l'usine de la Cellophane en 1985, à Mantes-la-Ville dans les Yvelines. Ma compagne y travaillait. Avec elle son père, autrefois sa mère et son frère. Et avec eux plusieurs générations de salariés du Mantois. L'usine, 1 200 salariés -sans compter la sous-traitance-, depuis 1928, fabriquait de la pellicule cellulosique pour l'emballage et la Cellophane est devenue un nom courant dans la langue française. 

     L'usine est nationalisée en 1981 par le gouvernement socialiste de François Mitterrand. Mais très vite, sous le vent du libéralisme économique, Pdg, député socialiste de la circonscription et ministère concerné tournent le dos à la nationalisation démocratique souhaitée par la CGT de l'usine, pire à l'emploi sur le site. Le 28 janvier 1985, Loïck Le Floch-Prigent, socialiste, qui a été condamné depuis dans une autre embrouille capitaliste, annonce l'arrêt total de la cellophane.

     Licenciements, reconvertion bradée, emplois détruits, un terreau fertile pour l'abstention aux élections et les griffes acérées du Fn. Quant à la pellicule cellulosique, depuis 1985, c'est la Grande-Bretagne qui la fabrique; et en 2006, elle vient de trouver un nouveau débouché économique, autre que l'emballage des produits. il va s'en dire que durant la lutte contre la fermeture de la Cellophane à Mantes-la-Ville, seule la CGT était présente de tous les autres syndicats de la région.

     Tiens, François Hollande vient à Mantes-la-Jolie ce mardi, une tournée de popotes pour rencontrer les jeunes. Si j'avais du temps à perdre, je lui aurais demandé ce qu'il pense de la pellicule cellulosique made in england.

cello manif

 

cello manif mantes

Commenter cet article

Vicente, António (Portugal)l) 03/01/2014 18:44

Par la suite, je vous informe:
Jái habité à Mantesla-Ville.Rue des Barbiesttes-5 et, plus tard, à Mantes-la-Jolie, dans la Rue du Vale de Nôtre Dame, tout près de la Gare.Mon fils, y est né! Je connais toute la région, Paris inclus, et je suis fiers de Seine et Oise, plus tard devenue, Les Yvelines!
Salut les amis, à partir de Lisbonne!

Vicente, António (Portugal)l) 03/01/2014 18:39

Je viens de prendre conniassance de la fermeture de L'Usine de Mantes-la-Ville, oü j'ai travaillé, jusquà 1969; Jy ai passé le Mai 68, et je garde des trés bons souvenirs de mon pasage par cette belle usine! Je suis trés trés emottionné, et triste, de savoir la fin de L'Usine ou j'ai été bién heureux; Je rappelle le directeur du moment, Mr. Werkin et, en particulier, le Directeur du Perssonel, Mr. Luccia. Je suis trés touché para cette mauvaise nouvelle!
Aceptez, mes amis, ma solidarieté et mon amitiée,
À vous,
Vicente, António

le Mantois hier et aujourd'hui 20/12/2011 19:11

merci pour cet article fort bien documenté et bien analysé
la cellophane en effet bradée pour quelques francs symboliques, la cellophane produit naturel et biodégradable, fait à partir de la pâte de bois, la cellophane défendue par la cgt et le parti
communiste français, enterrée par le député socialiste de la circonscription, qui ne voyait dans la fermeture de la cello que la possibilité offerte par les terrains pour construire l'université de
l'audio visuel
merci de rappeler cette partie de ma vie de jeunesse et de luttes