Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

953720-1126159

(Mohammed VI - NIVIERE/SIPA)

 

  Tout d'abord, des excuses pour la longueur de cet article. Mais, le 13 mars 2012, sous le tire Notre ami le Roi prédateur, je vous avais informé de la parution au Seuil d'un livre co-écrit par Catherine Graciet et Eric Laurent sous ce même titre et de la critique qu'en faisait le journal Le Monde, journal qu'on ne peut pas qualifier d'extrémiste.

 

   Suite à ça, M. Jawad Touhami m'envoie un long commentaire, ci-dessous, que je vous retranscris en totalité parce que je suis pour un débat libre et non faussé:

   "Ayant travaillé pendant plus d’une décennie dans le domaine de la distribution du livre et des journaux au Maroc et à l’étranger, nous avons appris à comprendre comment on peut s’enrichir en sortant un livre ou un journal qui va à contre courent des choses. La meilleure façon de vendre un journal ou un livre est donc de critiquer à tort et à travers une personnalité ou une situation avec ou sans preuve apparente en essayant d’inculquer au lecteur ce qu’il veut lire et non pas ce qui existe réellement et qu’on doit écrire.
   Déjà, à la lecture de l’intitulé : « Le Roi Prédateur », on voit que c’est un titre accrocheur, offensif, plein de provocation, et c’est exactement les qualificatifs qu’il faut pour attirer l'attention du lecteur. Donc les auteurs ont bien choisi le titre de leur ouvrage.
   Nos co-auteurs : Catherine Graciet, a travaillé à Casablanca pendant une année au sein de la rédaction du journal d’extrême gauche « Le Journal hebdomadaire » dont l'aventure s'est achevée le 25 janvier 2010 , suite à une décision judiciaire du tribunal de commerce de Casablanca en raison de dettes très importantes accumulées par ses deux maisons éditrices successives la CNSS : Media, Trust, puis Trimedia. Ce journal n’a pas donc été fermé par les autorités comme le déclarent les auteurs en préface de leur ouvrage, premier mensonge donc à noter.
   L’autre, Éric Laurent, a rencontré à de nombreuses reprises en tête à tête Hassan II, en vue de réaliser un livre d’entretiens avec lui intitulé « La Mémoire d’un roi » paru en 1993. Monsieur Laurent ne nous a pas éclairé sur le montant qu’il a reçu de feu Hassan II pour avoir écrit ce livre, et par conséquent on peut dire que Monsieur Laurent n’a rien d’un journaliste engagé pour la bonne cause comme il semble nous le montrer, mais quelqu’un qui vend sa plume au prix fort. Alors qu’il est en train de palabrer dans son «Roi prédateur » sur la richesse légale d’un roi, alors que lui cherche à s’enrichir d’abord en travaillant avec Hassan II comme scribe puis en essayant d’écrire des best seller pleins de mensonges.
   D’ailleurs, Monsieur Laurent, nous a habitué à avaler ses mensonges, et malheureusement aucun autre journaliste n’a osé mettre à jours ses bavures. Dans son ouvrage « La Face cachée du Pétrole »
paru chez Plon en février 2006, il déclare : « L’Arabie Saoudite, premier producteur mondial sur lequel nous comptons pour assurer le maintien de nos approvisionnements, a ses gisements qui arrivent à terme. C’est le secret d’Etat le plus soigneusement gardé. Ce pays qui prétend avoir encore 30 ou 40 années de réserves n’en a plus en vérité que 3 ou 4 ». Ces déclarations datent de 2006, donc d’après lui en 2009 ou 2010 l’Arabie Saoudite n’aura plus de pétrole à vendre puisque tout ses puits seront desséchés. Monsieur Laurent, nous sommes en 2012 et vous voyez bien que
   L’Arabie Saoudite a encore beaucoup de pétrole qu’elle est en train de vous vendre."

 

Note de ma pomme: Bon, M. Jawad Touhami oublie peut-être de dire qu'il appartient à la fondation Hassan II, le père de Mohammed VI, qu'il est chef d'entreprise et directeur général de la Maison arabe pour la communication. Ceci dit, je vais citer l'un de ses articles, à propos du rôle sociétal de la femme au Maroc (ci-dessous). Je ne ferai aucun commentaire sur un sujet à l'opposé total de mes idées pour l'émancipation de la femme, partout dans le monde; 

"Femmes et femmes

Par Jawad TOUHAMI, cadre à la Fondation Hassan II pour les MRE

             

. Les défenseurs du plan d'intégration de la femme veulent embrasser des lois qui ont buté ailleurs

   Nous avons des femmes mariées, heureuses dans leur foyer, s'occupant merveilleusement de leur progéniture, conscientes du rôle qu'elles ont à jouer au sein de leur petite et grande famille, jouissant pleinement du bonheur qu'elles arrivent à générer autour d'elles, et affrontant courageusement les malheurs qu'elles risquent d'endurer. Elles peuvent se contenter de peu de choses pour atteindre ce bonheur, elles sont patientes, aimantes, douces et responsables.
   Ce genre de femmes se sont, en général, mariées jeunes et ont compris tôt que le mariage est la meilleure façon de s'immuniser contre le désarroi, la solitude et l'insécurité. Elles sont arrivées à construire grâce à leur intelligence, un foyer solide et ont dans beaucoup de cas réussi à orienter la destinée de leur conjoint vers le bon sens. Ces femmes vivent paisiblement, et ne se sentent pas du tout concernées par cette nouvelle vague féministe qui a donné naissance à cet explosif plan de l'intégration de la femme dans le développement.
   Par contre, nous avons des femmes célibataires pour diverses raisons, éduquées dans un environnement occidental, scolarisées depuis leur enfance dans des missions culturelles étrangères, ou ayant poursuivi de très longues études universitaires, surtout à l'étranger, qui leur ont fait oublier que le mariage existe ou qui, par malheur, ont raté un premier mariage, à cause peut-être de leur comportement égoïste ou leur manque d'endurance.
C'est, en grande partie, cette catégorie de femmes qui sème la zizanie dans notre milieu social.(...)"

Commenter cet article