Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Bien sûr, sa pub nous inonde, comme quoi ils sont à part des autres grandes surfaces, toujours pour le consommateur et pour leurs salariés. Bien, E. Leclerc donc, comme ses confrères (je n'ai pas dit compères) de la grande distribution a ouvert des "Drive".

Leclerc-pub.gif

Chaque jour, les grandes surfaces en ouvrent 3 en France. On en compte plus de 2 000 à l'heure d'aujourd'hui. Ils sont donc plusieurs milliers de salariés à bosser dans des hangars, à pousser le chariot à la place des clients, à les remplir pour ces derniers, puis à les décharger dans le coffre de leurs bagnoles. 5 millions de clients sont friands de ce système.

 

Laure B., 27 ans, ex-manutentionnaire du Drive E. Leclerc, à Ville-la-Grand, en Haute-Savoie, raconte justement le système, pour 9,86 euros de l'heure. Oui, faut pas quand même gréver les profits chez E. Leclerc.

 

Pour le reste, il suffit d'un hangar rempli de marchandises, d'un directeur et surtout d'une flopée d'êtres humains à la recherche d'un emploi qui ne court jamais les rues en ces temps.

Le ou la précaire, (oui les cdi ça grève trop les profits aussi) est muni d'une "scannette" et d'un chariot nommé "Dolly". Sans doute parce que c'est un manège incessant de labeur pour le salarié en cdd.

Au moment de l'embauche, raconte Laure, on m'a présenté E. Leclerc comme "une entreprise sociale". Mais en fait, la "scannette" est l'espion du directeur. Elle enregistre tout: le temps pour attraper chaque article, le temps pour accomplir une commande, comme le temps où le précaire se repose trop. Devant leurs ordinateurs, la hiérarchie, elle, a tout son temps pour séparer le bon grain de l'ivraie.

Fort de ces statistiques, E. Leclerc élimine les moins performants.


Autrement, pour ne pas virer tout son monde d'un coup, E. Leclerc donne des avertissements avant révocation. C'est ce qui est arrivé à Laure. Elle a eu 2 heures, montre en main du garde-chiourme, pour montrer qu'elle était valable. Tant pis alors pour les paquets écrasés et de bousculer ses collègues. De ce fait, Laure ne fut pas virée de son contrat d'une semaine. Oui, avec de tout petit contrat (illégal par rapport au Code du travail), chez E. Leclerc où "le salarié a des droits et est considéré", on évite de payer ainsi de trop grosses indemnités. Les tout petits contrats se sont donc succédés pour Laure, on fait dans le social ou pas chez E. Leclerc.

 

Laure a quitté le bagne. C'est con, E. Leclerc allait lui proposer un contrat plus long, mais pas un cdi. Faut pas rêver dans la grande distribution. Laure est partie après 2 mois et demi de travail, mais aussi avec sept contrats (puisqu'elle a eu la chance d’en avoir un de deux semaines et un de trois semaines).


 Et vous ne savez pas tout. Dans cette entreprise "sociale", il n'ont pas fait exprès de ne pas lui payer la totalité de sa prime de précarité. 

"Chez Leclerc, c'est moins cher", dit la pub de E.Leclerc. Oui, ça c'est vrai.

Marges_Leclerc.png

 

Gens de coeur qui allez faire vos courses dans les "Drive", discutez un peu avec les salariés qui vous servent. C'est dans la solidarité et l'union que se gagnent les luttes pour mieux vivre tous.

 

Pris sur le blog de hobo-lullaby et remodelé à la sauce de ma pomme ( blog icilink)

Commenter cet article

someone 04/10/2014 16:23

j'ai vu une caissiere a leclerc dans la marne être virée parce qu'une cliente était partie sans payer c'est inadmissible la pauvre n'y est pour rien

aline 05/03/2013 11:37

Il y a les Leclerc et Leclerc (ceux qui sont directement liés en parentèle et les franchisés, si un ouvrier postule à un emploi Leclerc venant d'un autre Leclerc peut être refoulé à l'embauche (ils
sont suspicieux). Ainsi pour l'entretien d'embauche à Mantes (faite à Montlhéry) seule devant 5 "mais vous étiez à L.... c'était M. M.... votre directeur (Oui lui était un petit neveu au grand E.,
eux des franchisés), vous avez travaillés à Tourisme et Travail, mais c'est la CGT ça (c'était fini pour moi)". Prisunic racheté par Leclerc le directeur sortant nous avait alerté en nous faisant
prendre des délégués et en précisant qu'il nous conseillait de prendre un syndicat, ce brave homme n'a pas été écouté, résultat : sur 40 H et H. S. fermeture le lundi, nous nous retrouvions avec 44
h dont un nocturne (payés 40) et un jour de repos (les conventions collectives qu'ils respectaient, sans aucun mal vu qu'elles désavantageaient les employés) première mesure suppression de la
pointeuse, les caissières devaient être 15 mn avant l'heure en tenue à leurs postes (interdiction de partir en blouse, donc passage au vestiaire en plus tout ça non payé), le samedi débarquait et
en plus du directeur de son épouse et du sous-directeur les parents, soeur, beau-frère, frère, tout ces gens tournaient dans le magasin (il fallait toujours être occupé,les employés ayant rempli
les rayons, sans livraison, "jouaient à cache-cache" dans les allées et les réserves, défaire et refaire le même rang, se déplacer toujours une boite, un balai à la main, toutes les méthodes
étaient bonnes pour ne pas s'attirer les remarques acerbes de ces gardiens (cette sale ambiance a fait du dégat chez les plus fragiles, démission,,dépression..)le client ? vous ririez car j'en
passe et des meilleurs. Aline

caroleone 03/03/2013 10:52

Bonjour Roger,

Il faut que ça circule c'est clair et leclerc c'est pas clair.
A auchan ça doit être dans le même style à mon avis, je ne me sers pas de ce genre de chose, j'avais bien senti l'exploitation derrière.

A mon boulot aussi j'ai enchainé les CDD, ils ne voulaient pas se débarrasser de moi alors ils m'ont rendue polyvalente à pas mal de postes en dehors de celui de cuisinier au chaud tout ça pour me
permettre de justifier d'un mois de salaire en remplaçant l'un à tel poste et l'autre à un autre poste. Et en 3 ans dans lesquels j'ai fait plus que mes preuves, je suis partie la tête haute, sans
rien obtenir si ce n'est le chômage et dans un état de santé aussi précaire que mes contrats, il m'a fallu plus d'un an pour retrouver des forces. Mais bon, j'avais une pathologie aussi, je ne peux
pas la mettre sur le dos du patronat même si ce sont les conditions de travail qui me l'ont mise à jour !!
Je plains tous les jeunes, j'en ai pas mal dans mon entourage, je ne vois pas la lumière pour eux dans cette société et je crois bien que l'état se repose beaucoup sur la situation des parents qui
gardent leurs jeunes de plus en longtemps au foyer familial par la force des choses. Et s'il nous arrive malheur, que vont-ils faire ?

Voilà la société que le capital a construit, précarité à tous les niveaux.

Amitiés et bon dimanche

caroleone