Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

Le cardinal-archevêque de Paris, André Vingt-Trois, l'avait dit à Jean-Marc Ayrault, le premier ministre de la république laïque ne reconnaissant aucun culte (loi de 1905 sur la séparation des églises et de l'Etat), mais qui l'avait reçu pourtant pour écouter que les évêques gaulois étaient contre le mariage homosexuel.

Depuis, en file indienne et en croisade dans les médias bienveillants, les évêques de France répandent le même message urbi et orbi: "ils ne sont pas homophobes."


Dès lors, ont-ils oublié la "Lettre aux evêques de l'Eglise catholique sur la pastorale à l'égard des personnes homosexuelles", signée en 1986 par le préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, tables en la matière de la Loi catholique qui n'ont jamais été reniées et que le Canard enchaîné dévoile?

Morceaux choisis: l'inclinaison homosexuelle est de "tendance vers un comportement intrinsèquement mauvais du point de vue moral". Ou bien, l'acte homosexuel est une "menace sérieuse pour la vie et le bien-être d'un grand nombre de personnes", ces agissements étant "intrinsèquement désordonnés et ne pouvant en aucun cas être approuvés". Et le coup de grâce du préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi: les gays ne sauraient "revendiquer un droit quelconque".

 

Il serait intéressant, au sujet de cette Lettre que les médias bienveillants interrogent nos évêques de cette France, fille aînée de l'Eglise romaine. Surtout que celui qui l'a écrit s'appelait Joseph Ratzinguer, aujourd'hui pape intronisé du nom de Benoît XVI.

Commenter cet article