Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par le Mantois hier et aujourd'hui

     Après la rigueur espagnole socialiste, la rigueur espagnole de droite. Comment dit-on bonnet blanc et blanc bonnet dans la langue de Cervantes?

     En tous les cas, la victoire absolue de la droite espagnole aux élections législatives a fait trépigner d'envie la presse française, laquelle songe à un nouveau sacre de Nicolas Sarkozy en 2012.

     Avant sa défaite électorale, le Parti socialiste ouvrier (sic) espagnol détenait la majorité absolue au parlement. Qu'en a t-il fait? Il s'est carrément assis sur son programme de gauche et fait allégeance aux marchés financiers. Comme le Pasok de Papandréou, celui qui reste le boss de l'Internationale socialiste. Tiens, justement, qu'en pense François Hollande de la défaite de ses amis espagnols, lui dont le parti est aussi membre de l'Internationale socialiste?

     Force critiques ont fusé sur Jean-Luc Mélenchon à propos de François Hollande en capitaine de pédalo. Cela ne se fait pas entre camarades, ont beuglé les pères la morale de la social-démocratie. Pour ma part, je le trouve bien gentil Mélenchon. En Effet, François Hollande patine plutôt dans la choucroute qu'il ne pédale sur l'eau. Il régresse même. Son parti ne vient-il pas de voter au Parlement européen, avec la droite, le 16 novembre 2011, l'éclatement de la SNCF et l'ouverture totale du rail français à la concurrence libre et non faussée du capital? Les écolos français se sont courageusement abstenus sur ce sujet. Comme quoi, on peut être pour l'écologogie et n'avoir aucune idée en matière de transport non polluant au service de la nation. Mais qu'en pense Eva Joly?Les députés du PCF et ceux du Parti de gauche ont, eux, voté contre.

     Une que l'on a entendu ce week-end est madame Le Pen. Elle prône une révolution bleu marine, blanc, rouge. Ce n'est pas nouveau, Pétain promettait à la France une Révolution nationale et on n'en a vu les résultats. En parlant de la Deuxième Guerre mondiale, cette gentille dame renie-t-elle les propos de son père sur les chambres à gaz et les camps d'extermination nazis? C'est bête, mais les journalistes (indépendants), qui l'ont interviewée, ne lui ont pas posé cette question. Il n'empêche, le sondage Ipsos-Le point fait froid dans le dos: la fille de son père est à 42% d'intention de vote chez l'électorat ouvrier. Pourtant, augmentera-t-elle le SMIC? Reviendra-t-elle sur la retraite à 60 ans? Un projet présidentiel n'est pas un catalogue de mesurettes, a-t-elle dit hier, elle dont les revenus et le patrimoine sont conséquents. Mais vous, mes amis des classes laborieuses dont je suis issu doublement (comme fils d'ouvrier et petit-fils d'immigré espagnol), pouvez-vous vivre avec quelque 1 000 euros par mois, ce qui est le SMIC net mensuel?

 

     Les Espagnols ont voté: olé! Demain cela sera le tour des Français, cocorico!

     Toutefois, en Espagne, plus de 30% des citoyens ont dit merde à ces élections. Olé?

Commenter cet article